Installation d’Ubuntu 16.04, retour et problèmes rencontrés

Installation d'Ubuntu 16.04 et problèmes rencontrés Il y a deux semaines, je suis passé à Ubuntu 16.04. Cette fois, je n’ai pas fait de mise à jour, mais une installation propre, profitant de passer à une version LTS (Long Term Support), et probablement d’y rester jusqu’à la prochaine.

Il faut dire que les nouveautés se font rare à chaque nouvelle version d’Ubuntu (tous les 6 mois). De petits changements, des améliorations, mais rien de vraiment nécessaire quand vous êtes contents de votre système.

Il faudra attendre Unity 8 pour voir quelque chose de vraiment nouveau, et pour l’instant, c’est retardé à chaque fois. D’autant qu’on peut imaginer qu’il y aura pas mal de bugs à essuyer quand cela va sortir…

Je voulais aussi repartir de zéro avec un système propre : avec le temps, on installe plein de trucs plus ou moins inutiles, on bidouille parfois un peu, et on se retrouve avec des trucs qui marchent plus ou moins bien. J’avais par exemple des soucis avec les versions de python, et un logiciel comme Arista (un convertisseur vidéo que j’aime pour sa simplicité) qui ne marchait plus.

Avec une partition Home séparée, c’est vraiment un jeu d’enfant de réinstaller un nouveau système. Et chaque application réinstallée retrouvera aussitôt ses paramètres tels qu’auparavant.

J’ai tout de même eu quelques petits soucis, et d’autres petites chose à faire « à la mano » suite à cette installation. Vous les trouverez ci-dessous, mais je commence par une nouveauté dans le comportement de Nautilus que je ne trouve vraiment pas géniale.

Nautilus

nautilusPour lancer Nautilus, j’utilise l’icône dans le lanceur… comme tout le monde j’imagine ! Ensuite j’ouvre plusieurs onglets dans la même fenêtre, et voilà… Ces onglet pointent éventuellement sur des disques différents, j’ai un disque Sata interne en plus du disque système (SSD), et également un disque USB externe.

Auparavant, quelque soient les onglets ouverts, il n’y avait qu’une seule icône dans le lanceur, celle de Nautilus. Remarquez la petite flèche à gauche de l’icône pour montrer que l’application est ouverte : celle de droite signifie que la fenêtre est au premier plan.

nautilus1Or le nouveau fonctionnement avec Ubuntu 16.04 est assez différent : dorénavant, si l’onglet actif pointe sur un autre disque que le disque système, alors l’icône Nautilus est désactivée, et une nouvelle icône s’affiche dans le lanceur.

Dans l’image à gauche je me retrouve donc avec deux nouvelles icônes pour chacun de mes disque durs, en bas du lanceur (soit à l’opposé de celle de nautilus) . Je ne vois vraiment pas l’intérêt de multiplier ainsi les icônes dans le lanceur.

Mais le pire est qu’au début, je pensais que Nautilus avait crashé, et je relançais une nouvelle fenêtre ! Car si vous cliquez sur l’icône nautilus, ce sera une nouvelle fenêtre que vous ouvrirez ! L’ergonome qui a pondu ça devrait revoir sa copie… ou au moins laisser le choix à l’utilisateur de dévalider ce mode de fonctionnement.

La question a été posée sur Ask Ubuntu ici, mais j’ai bien peur que ce soit quelque chose qui a été décidé, et dans ce cas, ce sera compliqué de les faire changer d’avis.

Fenêtres sur espace travail 1,2,3…

J’aime bien démarrer certaines applications sur un espace de travail différent, par exemple le client mail Thunderbird démarre sur l’espace 3, Virtualbox sur le 2, et qBittorrent sur le 4 typiquement. Mes préférences avaient bien été conservées, mais en installant qBittorrent, c’était une nouvelle version, et il démarrait sur l’espace 1 (espace par défaut).

Je ne me rappelais plus comment il fallait faire, alors voilà : il faut d’abord installer Compiz Config Setting Manager (à partir de la logithèque), puis activer « Placer les fenêtres », et définir comme ci-dessous en  fonction du nom de l’application que vous voulez placer :

ccsm-500En cliquant sur Nouveau, une fenêtre d’édition s’ouvre, cliquer alors sur le « plus » vert, choisir « Classe de la fenêtre », puis utiliser le bouton « Saisir » pour aller cliquer sur la fenêtre de l’application que vous aurez pris soin d’ouvrir à côté. Là j’ai choisi une fenêtre de Terminal comme exemple, car le nom de la « Classe de la fenêtre » ne se devine pas… Pour mon problème, le nom de la nouvelle version de qBittorrent avait changé (majuscule vs minuscule).

ccsm1

Sinon, on peut taper la commande « wmctrl -l » dans un terminal pour lister le nom des fenêtres actives

Venons en maintenant aux problèmes rencontrés.

Gestionnaire de mises à jour

Après quelques jours d’utilisation (et d’applications installées), au lancement du Gestionnaire de mises à jour, l’erreur suivante apparaît :

update1

Fort heureusement, en cliquant sur Paramètres, puis en fermant derechef la fenêtre « Logiciels et mises à jour » qui s’ouvre, les updates s’affichent. Et le problème vient du client Owncloud que j’ai installé, il suffit donc de le décocher pour les mises à jour s’exécutent :

update2

Sur un apt-get update, on peut voir ce message d’erreur :

W: http://download.opensuse.org/repositories/isv:/ownCloud:/desktop/Ubuntu_16.04/Release.gpg: Signature by key F9EA4996747310AE79474F44977C43A8BA684223 uses weak digest algorithm (SHA1)

Le problème semble lié aux dépôts owncloud client non-compatibles pour l’instant avec Ubuntu 16.04. Voir la réponse sur Ask Ubuntu ici. Bon, ça ne  me gêne pas plus que ça, tant que le client Owncloud fonctionne. Et cela devrait être réglé rapidement.

Gnome-schedule

J’ai l’habitude d’utiliser gnome-schedule pour planifier le lancement de mes scripts. C’est plus convivial que l’éditeur vi ! Eh bien, il semble que le package ait été retiré de Debian, et donc d’Ubuntu… Il y a un bug de créé ici avec une discussion et des liens vers un bug Debian.

J’ai ensuite recherché le .deb de la version 2.1.1-4 qui est censée fonctionner d’après la discussion, et téléchargée sur ce site. Mais hélas, l’installation échoue avec un problème de dépendance à une version de python (et cette fois, je sais que mon système est propre !) :

gnome-schedule

Finalement, j’ai relu la page attentivement, et une  bonne âme a pu recompiler la version 2.3.0 sur Ubuntu 16.04, puis a fait un .deb qui s’installe sans problème ! Voilà le lien du paquet (attention, pour système 64 bits) : gnome-schedule_2.3.0-0ubuntu16.04_amd64.deb

Radiotray

Un petit soft que j’aime bien pour écouter la radio. Hélas, message d’erreur au démarrage après l’installation :

radiotray : OSError: [Errno 2] Aucun fichier ou dossier de ce type: ‘/usr/bin/src’

Il faut installer le package suivant pour résoudre le problème :

sudo apt-get install python-xdg

Vim

À ma grande surprise, vi, l’éditeur en ligne de commande bien connu, n’était pas installé de base ! Quand j’ai voulu l’installer et le lancer, j’ai eu cette erreur :

You need vim compiled with Python 2.6+ or 3.2+ support for Powerline to work. Please consult the documentation for more details.
Appuyez sur ENTRÉE ou tapez une commande pour continuer

En fait, il faut installer ce package pour régler, et non le package vim comme je l’avais fait :

sudo apt-get install vim-nox

Arista transcoder

Comme je le disais, j’aime bien ce soft, même s’il n’a plus l’air d’être maintenu. J’ai fini par trouver un package .deb ici, et je l’ai installé installer avec gdebi, toujours utile et pratique.

Voilà les principaux trucs à travers lesquels je suis passé pour retrouver un système opérationnel pour mes besoins. Si d’autres apparaissent, je mettrai l’article à jour.

aMule

Impossible de démarrer aMule après l’installation, un beau message d’erreur apparaît :

../src/unix/sockunix.cpp(143): assert « m_fd != INVALID_SOCKET » failed in OnReadWaiting(): invalid socket ready for reading?

amule-error-500Il semblerait que ce soit un bug, corrigé dans aMule, mais encore reporté dans les dépôts Debian et donc Ubuntu : il faudrait donc attendre… Par contre, si j’installe aMule dans une machine virtuelle Ubuntu 16.04, ça fonctionne. Bizarre…

Pas de solution pour l’instant, ce n’est pas très grave puisque j’utilise très peu aMule. Je l’installe presque par habitude… C’est le premier réseau P2P que j’ai utilisé, mais maintenant la technologie torrent est beaucoup plus populaire.

Virtualbox

J’ai installé la version de Virtualbox proposé par Ubuntu dans la logithèque (pas celle d’Oracle), soit la v5.0.18.

Si je peux créer de nouvelles VMs sans problème, mes machines virtuelles existantes ne démarrent plus avec ce message d’erreur :

Impossible de démarrer la machine virtuelle, les interfaces réseau physiques suivantes n’ont pu être trouvées : eth0 (adapter 1)

virtualbox

Je précise que je suis en mode « bridge » pour toutes mes machines virtuelles, et si je passe en mode NAT, le problème disparaît.

Je suis alors allé dans les propriétés réseau de chaque VM, et j’ai regénéré une nouvelle adresse MAC :

virtualbox1-500Et cela a résolu le problème ! 🙂

Conclusion

LTS (Long Term Support) ou pas, chaque nouvelle version apporte de nouveaux problèmes, et rien ne garantit qu’une application que vous utilisiez sans problème avec la version précédente va fonctionner ! Ce n’est pas nouveau, et il est préférable d’attendre quelques mois avant de passer à une nouvelle version si l’on veut éviter ce genre de désagrément.

Encore que là cela fait quelques mois que Ubuntu 16.04 est sorti, et j’ai tout de même rencontrés quelques soucis ! La bonne règle est peut-être alors : ne pas changer de version quand votre système fonctionne comme vous le souhaitez, et qu’il est toujours « supporté » : d’où l’intérêt de choisir une version LTS (soit 3 ans de support pour la version desktop).

2 réflexions au sujet de « Installation d’Ubuntu 16.04, retour et problèmes rencontrés »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *