Cambodge

01/12/2018 – Angkor

C’est le grand jour, celui de la visite des temples d’Angkor, un site que je tenais vraiment à revoir. En fait, j’ai voulu revenir au Cambodge pour la gentillesse des cambodgiens, revoir ce site, et parce que c’était la route pour aller de Bangkok au Laos !

Levé très tôt, 4h30 ; j’avais loué un vélo la veille, et direction les bureaux de vente de tickets, sur la route du site : c’est à près de 5 kms de Siem Reap, et c’est plat, donc malgré le vélo tout pourri (je parle de la selle essentiellement !), c’est tranquille. Les bureaux ouvrent à 5h, donc pas de temps à perdre, j’ai choisi de prendre un ticket pour une seule journée, vu que je connais déjà le site. C’est très moderne, bien organisé, et pas donné : 37 USD la journée !

Il y a même une photo sur le ticket, pour éviter les arrangements à plusieurs…

Je me rends d’abord à Angkor Vat, pile dans les temps pour attendre le lever de soleil. Il y a déjà quelques touristes, mais l’endroit reste très calme, comme si le lieu en lui-même inspirait le respect. Seuls les cris des oiseaux sentant poindre le jour viennent troubler le silence. C’est assez magique.

Lever de soleil sur Angkor Vat

Ensuite je file sur mon temple préféré, le Bayon, avec cette sorte de Big Brother avant l’heure qui est omniprésent…

Le Bayon, temple central de l’ancienne ville Angkor Thom, la capitale des souverains Khmers

Puis je pars faire la grande boucle à vélo, essentiellement pour me promener, avec un arrêt plus long à Ta Prohm, un autre temple que j’aime bien, en partie envahi par la jungle ; je ferai finalement près de 50 kms de vélo ce jour là ! Inutile de dire que j’avais mal aux fesses…

Ce sera d’ailleurs une constante durant le voyage, un peu de ma faute d’ailleurs, car on trouve maintenant des vélos plus modernes (VTT), mais plus chers ! Ça fait que bêtement, je prendrai toujours de bons vieux clous, genre 1$ la journée, qui ont tous la particularité d’avoir une selle assez vite inconfortable, sans parler de la taille du cadre jamais adapté à mes grandes jambes ! Plus tard, je passerai vite au scooter !

Le soir, je retourne au centre ville, et trouve le long du fleuve un endroit sympa, avec plein de petites échoppes le long du trottoir, l’une vend des boissons, celle d’à côté fait la cuisine. Je dîne d’un bon vieux “vegetables-noodles with egg”, précédé puis accompagné d’une bière Angkor bien sûr ! Tout ça dans une bonne ambiance, avec plein de sourires ; certes le confort est sommaire, mais l’essentiel est ailleurs !

Le repas du soir…

Comme ici on paie en dollars US, je paie 1,5$ l’assiette, 2$ pour deux bières, et j’irai m’offrir en dessert un petit pot de glace maison 1,5$ dans un magasin que j’avais repéré dans le centre. Excellente glace d’ailleurs : “Cioccolato al pepe di Kampot”, soit chocolat au poivre de Kampot : original, un peu fort tout de même, mais le poivre est frais, et plein de saveurs !

Magasin de glaces maison, elles sont excellentes et le magasin marche bien !

02/12/2018 – Lac Tonlé Sap

Aujourd’hui, je vais jusqu’au lac Tonlé Sap en vélo (25 kms AR). C’est assez sympa, ne serait-ce la circulation des camions, mais une fois sorti de Siem Reap, ça se calme. Je m’arrête boire un café en bord de route et je discute avec le jeune qui tient l’échoppe, c’est très sympa et le café est délicieux. Le vrai café au Cambodge est excellent, dommage que l’on voit de plus en plus de Nescafé proposé ! Je demandais systématiquement du “vrai” café, sinon…

Le paysage est champêtre et idyllique :

Puis j’arrive au lac Tonlé Sap, le poumon du Cambdoge. Il s’écoule dans le Mékong, mais à la saison des pluies, c’est l’inverse, le Mékong vient le remplir. Il est d’une importance capitale pour des millions de cambodgiens, et ce cycle naturel est menacé par la surpêche et la construction de barrages hydroélectriques.

Arrivé à l’embarcadère, pas grand chose à faire en fait, les tours de bateaux sont plutôt chers, je m’abstiens et préfère discuter avec un jeune qui m’explique que les moines bouddhistes sont souvent des gamins qui ont mal tournés, des petits voyous à qui l’on a laissé comme dernière chance de devenir moine. Autant dire qu’il ne les porte pas dans son cœur ! Comme moi…

Le lac Tonlé Sap, et l’embarcadère pour les bateaux de transport ou de tourisme.

Retour vers Siem Reap, je m’arrête sur le bord de la route dans un resto en bord de rizière, une sorte de grande hutte montée sur pilotis. Pas de table, mais un hamac, on mange sur le plancher, et on reste se reposer le temps que l’on veut !

Je reprends la bicyclette pour rentrer à l’hôtel me reposer : 25 kms au compteur, et toujours content d’arriver grâce au non-confort de la selle ! Le soir, je retourne manger au même endroit que la veille, c’est toujours aussi sympa, et j’ai même droit à une bière offerte !

03/12/2018 – Baray occidental

Dernier jour à Siem Reap. Je reprends mon vélo et file au Baray occidental, énorme bassin de rétention d’eau complètement artificiel (8 kms sur 2 kms), qui servait à irriguer la cité et ses alentours. J’évite le grand axe routier et passe par de petites rues parallèles : l’occasion de voir le mode d’habitation loin des zones touristiques, et la pauvreté saute immédiatement aux yeux ! La plupart des cambodgiens vivent carrément dans le dénuement le plus total, pas d’eau courante, électricité précaire…

J’étais venu là un dimanche en 2009, il y avait plein de familles venues se baigner et passer la journée au bord de l’eau. En semaine c’est beaucoup plus calme, j’en profite pour m’installer dans un hamac et bouquiner, profitant du calme qui règne.

Matinée calme, dans le hamac, au bord de l’eau !

Puis je rentre en déjeunant au bord de la grand route, dans un petit resto où personne ne parle un mot d’anglais. Comme toujours on finit par se comprendre, entre gestes et sourires. J’aurai tout de même encore fait 25 kms en vélo aujourd’hui. Mine de rien, j’ai du faire 100 bornes en 3 jours, et vu la chaleur, l’état des routes et la qualité du vélo, c’est pas mal du tout ! 😎

L’après-midi, je passe à l’agence AVT (Asian Van Transport) où j’ai réservé mon ticket de bus pour Don Khon au sud Laos. Tout est OK, on viendra me chercher demain à l’hôtel à 7h30 !

Pour ce dernier soir, je vais au “Khmer kitchen Restaurant”, un resto que je connais et d’un excellent rapport qualité/prix. Je prends un délicieux AMOK (au tofu) pour ce dernier repas au Cambodge, toujours accompagné de sa bière, mais à la pression s’il vous plaît !

Délicieuse cuisine Khmer !

Adieu Cambodge, j’ai bien aimé repasser par là, les cambodgiens sont vraiment adorables, et Angkor est un site magique…

« Arrivée en ThaïlandeSud Laos »

Sommaire du voyage :

  1. Présentation
  2. Arrivée en Thaïlande
  3. Cambodge
  4. Sud Laos
  5. Nord Laos
  6. Birmanie – première partie
  7. Birmanie – deuxième partie
  8. Thaïlande : fin du voyage

Lectures, Ubuntu, Smartphone, Cinéma, entre autres…