Archives de catégorie : Ubuntu

Pihole comme DHCP serveur avec la box Orange

J’ai finalement décidé d’utiliser mon serveur Pihole comme serveur DHCP. Il sera donc en charge d’attribuer les adresses IP sur mon réseau local, et se définira en même temps comme serveur DNS. De cette façon, tous les appareils du réseau bénéficieront du filtre anti-pubs de Pihole.

On verra en fin d’article que cela apporte pas mal d’informations sur ce qui se passe sur mon réseau local, j’ai fait des découvertes. 😮

Il aurait été plus simple de définir le serveur DNS au niveau de la box, mais Orange ne permet pas de changer ceux-ci, pour des raisons de VOIP apparemment. Autre problème avec cette box, le décodeur TV d’Orange doit obtenir son adresse de la box (un VLAN est créé semble-t-il), sinon plus de TV ! Ce sont d’ailleurs les deux gros reproches que l’on faire à Orange au niveau de sa box ! 🙁

Ce dernier problème m’a fait longuement fait hésiter à faire la manip, et puis finalement je me suis décidé à franchir le pas, car parfois le DNS IPv6 de la box (attribué lors de la requête DHCP) prenait le pas sur le DNS IPv4 (définit manuellement sur le PC pour pointer sur Pihole, voir cet article) sans que je sache vraiment pourquoi.

Il était temps de reprendre le contrôle…

Continuer la lecture Pihole comme DHCP serveur avec la box Orange

Ubuntu 20.04 : passage de Snap à Flatpak

Ubuntu propose les paquets Snap, qui est une solution propriétaire, alors que l’équivalent open-source est Flatpak. L’idée de ces deux projets est de simplifier la distribution des applications (dépendances, virtualisation), c’est louable.

Par contre, les deux technologies étant très proches, le fait que Canonical ait choisi de développer sa propre solution paraît tout de même aller à l’encontre du bon sens, même si elle y a sans doute un intérêt économique pour ses entités ‘Server’ et ‘IoT’.

L’inconvénient de ces packages est qu’ils sont gourmands en ressources, puisqu’ils embarquent toutes leurs dépendances. Comme les machines sont souvent surdimensionnées par rapport à ce que l’on en fait, cela passe inaperçu. L’ancien système apt/deb (sous Debian/Ubuntu) reste quand même le plus efficace, mais implique un certain retard dans la disponibilité des applications, car plus complexe à gérer.

J’avais déjà pensé à supprimer le système des snaps sur mon Ubuntu 20.04, sans franchir le pas avec l’idée de garder un système “standard” et “propre”. Mais à l’usage, le catalogue Flatpak apparaît être plus vaste que celui de Snap, ce qui est somme toute logique (open source vs proprietary software).

Une application m’a fait basculer : il s’agit du client Nextcloud, une application tout de même assez standard, et largement utilisée. La version disponible sur Ubuntu est la 2.6 (qui plantait régulièrement). Et pas de package Snap de fourni, il faut se tourner vers un PPA pour avoir la version 3. Par contre un package Flatpak à jour était disponible : cela a achevé de me décider à faire la bascule.

Tant qu’à n’en garder qu’un, autant garder le meilleur… Et donc bye-bye Snap, welcome Flatpak.

Continuer la lecture Ubuntu 20.04 : passage de Snap à Flatpak

Odroid : changement du MOTD

Sur mon nouveau Odroid-HC2, après avoir installé OMV, il y avait un petit truc qui me chiffonnait : c’était le message affiché au login dans le terminal :

Le motd avec Odroid-XU4…

Les informations affichées sont très jolies et utiles, mais mon modèle Odroid n’est pas un XU4, c’est un HC2 : Je ne pouvais pas décemment laisser les choses en l’état ! 😉

Continuer la lecture Odroid : changement du MOTD

Installation de Pi-Hole sur mon Raspberry Volumio

J’en avais parlé lors de l’installation de Volumio sur mon Raspberry, je pouvais aussi utiliser ce dernier pour d’autres choses, plutôt que de le laisser dédié à Volumio.

J’ai donc pensé à Pi-hole, une solution dont on dit du bien pour bloquer les publicités au niveau du réseau local (donc pour tous les appareils de la maison), qui agit au niveau des requêtes DNS, avec un système de “Adlists”.

Pi-hole va devenir votre serveur DNS, et comme il possède une liste de sites utilisés pour afficher la publicité, vous traquer, etc… Pi-hole va stopper ces requêtes, et faire suivre toutes les autres au DNS que vous choisirez pendant l’installation (les “upstream DNS”). C’est simple et efficace semble-t-il, et leur slogan est “Pihole, un trou noir pour les publicités”.

Autant vous le dire tout de suite, ça a été un peu plus compliqué que prévu ! Essentiellement parce que Volumio est fourni avec une version de Raspbian (v8 Jessie) qui commence à dater un peu et sur laquelle Pi-hole n’est pas supporté. Et comme les choses évoluent vite, je précise que cet article est basé sur Pi-Hole version 5.1.2 et Volumio version 2.779.

Il y a bien une variable PIHOLE_SKIP_OS_CHECK disponible et dont j’espérais qu’elle réglerait facilement le problème, mais l’installation échoue malgré tout avec des problèmes de dépendance qu’il faudra supprimer.

Une fois l’installation réussie, j’ai eu un petit problème de configuration réseau à résoudre pour que Pi-hole fonctionne. Et quand enfin Pi-hole était opérationnel, c’est Volumio qui ne marchait plus à cause d’une mise à jour du daemon MPD !

Tout a fini par rentrer dans l’ordre, voilà donc le détail de cette installation peu respectueuse des règles de l’art (!). Disons que cela fonctionne, mais il serait bon que Volumio sorte une version sur Raspbian 10 “Buster”, cela simplifierait beaucoup les choses (c’est dans les tuyaux apparemment, mais ça n’avance pas vraiment).

Continuer la lecture Installation de Pi-Hole sur mon Raspberry Volumio

Split-tunnelling et OpenVPN

J’utilise un client OpenVPN pour préserver mon anonymat sur internet, et une chose me dérangeait : dès l’activation du VPN, tout mon trafic passait par cette connexion.

Ce qui pouvait provoquer quelques désagréments lors de la navigation sur les sites marchands ou bancaires, qui détectaient une connexion en provenance d’un autre pays, ce qui déclenchait une procédure de vérification d’identité par SMS ou par mail.

D’autres fois, c’était simplement le serveur VPN qui était détecté, et le site visité affichait une Captcha pour m’autoriser à y accéder. Bref, ça devenait difficile à utiliser au quotidien.

La solution était de faire du Split Tunnelling, c’est-à-dire de faire en sorte que seules les applications de mon choix utilisent cette connexion VPN, et que les autres continuent à utiliser la connexion par défaut, celle de mon fournisseur internet.

Voyons voir comment faire cela avec Ubuntu et une connexion OpenVPN, il faut mettre un peu les mains dans le cambouis, c’est-à-dire ouvrir un terminal ! 😉 Mais franchement, cela a été beaucoup plus simple que je ne le pensais.

Continuer la lecture Split-tunnelling et OpenVPN

Un Raspberry Pi pour ma chaîne HI-FI

J’ai eu récemment besoin de me refaire une installation “Hi-Fi” dans le salon. En effet, j’ai déménagé, et mon PC n’est plus dans le salon comme précédemment, or c’était lui qui faisait office de chaîne audio (toute ma musique est numérisée). Il me fallait donc trouver une autre solution.

Je suis d’abord allé dans un magasin de Hi-Fi demander conseil, et j’en suis ressorti avec un devis de 2000€ : 1000€ pour un ampli tuner récent (“connecté”) et autant pour un jeu d’enceintes 5en1.

J’ai alors posé la question sur le forum linuxfr.org, et fort de leurs conseils, je me suis vite orienté vers la solution suivante, beaucoup moins onéreuse :

Diagram réalisé avec LibreOffice Draw et la gallery d’objets réseaux de VRT Systems.

En plus ça faisait longtemps que j’entendais parler des Raspberry Pi, ces nano-ordinateurs de la taille d’une carte de crédit… Il ne me manquait que l’opportunité de l’utiliser : c’est maintenant chose faite avec Volumio, un serveur audio basé sur MPD, le serveur de son bien connu du monde Linux.

Il a fallu ensuite le synchroniser avec ma bibliothèque musicale présente sur le PC. Puis trouver un client Android pour piloter tout ça à partir du smartphone, en essayant de gérer du mieux possible l’éternel problème de l’affichage des pochettes ! 😕

Voyons tout cela d’un plus près…

Continuer la lecture Un Raspberry Pi pour ma chaîne HI-FI

Ubuntu : Installation et dépannage de Samba

Suite à l’installation d’Ubuntu 20.04, sans utiliser la mise à jour afin de repartir d’une situation propre, ce qu’il est bon de faire de temps en temps (par exemple à chaque version LTS), j’ai du reconfigurer le service de partage de fichiers SAMBA, et j’ai rencontré quelques difficultés.

J’ai par la même occasion appris pas mal de choses, et c’est l’objet de cet article, afin d’en garder une trace et de partager cette expérience.

En fait tout est parti du besoin de partager un répertoire entre une machine virtuelle (voir l’article KVM pour remplacer Virtualbox) et la machine hôte, soit mon PC. Pour ce faire, le plus simple est d’installer Samba, puisque qu’une VM peut aussi bien tourner sous Linux que sur Windows.

On peut choisir de partager le dossier en mode graphique, ou en mode commande. J’ai d’abord choisit le mode commande, et tout à fonctionné immédiatement. Et puis pour bien comprendre comment tout cela marchait, j’ai voulu essayer le mode graphique, et c’est là que “j’ai tout cassé”… 😉 Revoyons tout cela depuis le début.

Continuer la lecture Ubuntu : Installation et dépannage de Samba

Installation Ubuntu 20.04

Ubuntu 20.04 Focal Fossa

J’ai installé avant-hier cette dernière version d’Ubuntu, et comme c’est une version LTS (Long Time Support), j’ai choisi de faire une installation et pas une mise à jour de la 19.10 que j’utilisais.

Tout aurait pu bien se passer si je n’avais pas une grosse bourde qui provoquait en un bel écran noir au démarrage. J’ai passé du temps à en chercher la cause, et j’ai fini par comprendre mon erreur :

Pour bien faire, j’avais sauvegardé mon fichier /etc/fstab afin de faciliter les choses après l’installation, et je les ai plutôt compliquées finalement !

Comme j’ai formaté la partition système lors de la nouvelle installation, l’UUID a changé. Et comme les points de montage dans mon fichier fstab étaient indiqués avec les UUID… Au redémarrage, la partition système (/) ne pouvait plus être montée, ce qui est un peu gênant ! CQFD… 😡

Je n’ai pas compris tout de suite ce qui se passait, j’avais juste un écran noir, et j’ai du investiguer, ce qui m’a appris deux ou trois trucs intéressants et que je vais noter dans cet article.

Je terminerai par quelques observations sur Ubuntu 20.04, plutôt bonnes au demeurant, on a maintenant quelque chose de propre, bien fini, qui fonctionne tout de suite, sauf mon imprimante, c’est vraiment dommage d’ailleurs de ne pas encore avoir réglé ça ! Et aussi des news sur Gourmet, le gestionnaire de recettes qui semble renaître !

Continuer la lecture Installation Ubuntu 20.04

Ubuntu : Solarized colors

L’autre jour, lisant un article, l’image d’une capture d’écran de terminal montrait des couleurs plus douces qui me plaisaient bien, j’ai donc cherché comment modifier les miennes pour y ressembler.

Puis de fil en aiguille, je suis arrivé sur cette page qui explique comment faire, mais surtout qu’il s’agit d’une palette bien définie, qui s’appelle Solarized, et créée par Ethan Schoonover.

En gros, il a créé une palette de 16 couleurs pour une utilisation dans un terminal ou dans une interface graphique (éditeur GUI), dont les contrastes fonctionnent aussi bien avec un thème clair ou un thème sombre.

Comme indiqué sur le premier lien, il s’agit de configurer le terminal pour qu’il soit moins fatiguant pour la vue (en plus d’être joli). Du coup, j’en ai profité pour modifier aussi mon prompt ! Et dans la foulée, j’ai cherché le même thème pour mes éditeurs graphiques préférés, à savoir Gedit et Geany.

Voyons voir comment j’ai fait ça…

Continuer la lecture Ubuntu : Solarized colors

Ubuntu 19.10 : agrandir le fichier de swap

Mon système a planté aujourd’hui, je venais de lancer une machine virtuelle, le ventilo s’est mis tourner à fond, et plus rien ne répondait, le clavier encore moins que la souris…

Je me suis douté d’où venait le problème : mon fichier de swap était trop petit (2Go) par rapport à ma mémoire (8Go), et au lancement de la machine virtuelle (le genre d’application qui va demander plusieurs Go de mémoire), tout est parti en sucette !

C’était déjà arrivé, je savais que je devais modifier mon système en conséquence, mais j’avais oublié. Cette fois, je l’ai fait, et je vais noter ici ce qu’il faut retenir.

Cet article est basé sur la page SwapFAQ. Elle est très complète, mais en anglais, alors pour les francophones…

Si dans le temps il fallait une partition dédiée pour le Swap, Ubuntu utilise de nos jours un simple fichier par défaut (comme Windows). C’est plus simple, même s’il s’agit d’un fichier particulier, comme nous allons le voir.

Mon PC a 8 Go de RAM, et au démarrage, j’ai déjà 3 Go d’utilisé (Ubuntu 19.10 avec Gnome comme environnement de bureau) :

Sauf qu’après quelques jours de fonctionnement (sans redémarrage), petit à petit l’utilisation mémoire augmente, voilà où j’en suis après seulement quatre jours :

D’une part Gnome doit toujours avoir une petite fuite de mémoire, et d’autre part Firefox avec beaucoup d’onglets ouverts a tendance à grossir doucement mais sûrement. Quand je vois que j’arrive à plus de 6 Go d’utilisés, la première chose que je fais est de fermer et de relancer Firefox : avec les mêmes onglets ouverts, je gagne facilement 1 Go voir plus.

Bref, si j’en crois les valeurs indiquées sur la page SwapFAQ, je devrais affecter au minimum 3 Go au fichier de swap, puisque je n’utilise pas l’hibernation sur mon desktop :

RAM   No hibernation    With Hibernation  Maximum
8GB              3GB                11GB     16GB

Je vais quand même prendre un peu de marge, et lui affecter 8 Go, soit la taille de la mémoire. J’ai bien sûr vérifié que j’ai bien la place suffisante sur ma partition système avant de me lancer dans cette opération ! 😉

Voyons voir comment faire cela :

Continuer la lecture Ubuntu 19.10 : agrandir le fichier de swap