Le dernier des Yakuzas – Jake Adelstein

Ce livre est plus une étude qu’un roman : si la vie d’un Yakuza nous est contée, le style est journalistique, fait de phrases courtes, et n’a rien de très littéraire. Par contre, l’auteur s’attache à nous expliquer cette vie de yakuza dans le contexte japonais, si différent culturellement du notre, et cela le rend passionnant.

Voilà le genèse de ce livre : l’auteur a mis en rogne un grand chef Yakuza en s’apprêtant à publier “Tokyo Vice” (son premier roman), et doit donc se protéger : il en fait la demande à Saigo, un ancien Yakuza, qui accepte à condition que Jake Adelstein publie ensuite sa propre histoire, afin que son fils, qu’il a peur de ne pas voir grandir, puisse comprendre ce qu’a été sa vie.

Très vite, on mesure l’écart incroyable entre nos deux cultures. L’histoire de ce Yakuza nous en apprend beaucoup sur les rapports sociaux au Japon, et son histoire. On est souvent surpris voir dérouté ; quel monde différent, aux règles très strictes, aux codes étonnants.

Continuer la lecture Le dernier des Yakuzas – Jake Adelstein

Le jeune Ahmed – Les frères Darden

Ce film passait déjà au TNB de Rennes, tout fraîchement récompensé au festival de Cannes, avec le prix de la mise en scène (elle est pourtant minimaliste !). La semaine précédente, la critique du Canard était bonne, il ne restait plus qu’à aller voir ce film.

Bon, franchement, je n’ai pas été emballé plus que ça. Particulièrement la fin, avec les derniers mots d’Ahmed disant à sa prof “Je te demande pardon”… On n’y croit pas une seconde, tant le jeune s’est montré obstiné depuis le début du film.

Et c’est bien le problème, car rien n’explique vraiment sa radicalisation : elle est présente dès les premières images, on se doute bien du rôle de l’imam qui l’encourage à vénérer son cousin mort en martyr en Irak, et qui se retrouve dans le rôle de l’apprenti sorcier, dépassé lui-même par le fanatisme d’Ahmed… Mais le sujet n’est pas vraiment traité. Reste un jeune emmuré dans sa foi, mutique, que l’on suit jusqu’à la chute finale (!).

C’est peut-être le message du film finalement : nous sommes face à un mur d’incompréhension avec cet adolescent qui a tout pris au pied de la lettre, et ne peut plus sortir de son fanatisme. De la force du conditionnement sur des personnalités encore malléables.

Voyage en Asie 2018 : Cambodge

Deuxième album photo de mon voyage, après la Thaïlande, voici le Cambodge. Là aussi, je ne fais que passer quelques jours, histoire de revoir les temples d’Angkor, et aussi de retrouver la gentillesse des cambodgiens. Accéder à l'albumAu programme : les temples d’Angkor, le lac Tonlé Sap, le Barei occidental, tout ça à vélo ! L’occasion aussi de voir qu’en 10 ans, Siem Reap a beaucoup changé, et pas forcément dans le bon sens.

(cliquer sur la photo pour accéder à l’album)

La découverte du ciel – Harry Mulish

Je continue de piocher dans le carton que m’a laissé ma frangine, et je prends ce (gros) “poche” : 1140 pages tout de même.

On est vite accroché par cette histoire d’amitié entre deux jeunes gens prometteurs. Mais on se demande bien où l’auteur veut nous emmener, et les prologues de chaque partie ne sont pas là pour nous rassurer. Et sans grande surprise, la fin sera décevante… Mais revoyons cela un peu plus en détail.

Tout commence donc par un prologue mystico-religieux : un dialogue entre ce qui doit être deux anges, parlant d’une sorte de destinée mise en place, afin de préparer un plan mystérieux, à base de rencontres pré-destinées et de procréation à l’ADN maîtrisé. Autant dire qu’à cet instant, je crains le pire pour les mille et quelques pages restantes !

Puis l’histoire proprement dite démarre, et nous assistons à la rencontre de deux jeunes gens brillants : Onno, fils de très bonne famille, linguiste renommé, tenant du génie, et désordonné dans sa vie matérielle ; et Max, astrologue doué, à la généalogie compliquée (voir plus bas celle de l’auteur), à la culture très vaste, particulièrement en musique, et coureur de jupons invétéré. Leur amitié sera immédiate et indéfectible.

Puis survient Ada, une jeune violoncelliste qui bousculera cette belle amitié. Les personnages sont fins et intelligents, avec du caractère, et les répliques fusent… Jusque là, tout va bien.

Continuer la lecture La découverte du ciel – Harry Mulish

Bug : Extensions de Firefox désactivées

Pendant quelques jours, les extensions de Firefox ont été dévalidées suite à un bug chez Mozilla. Des explications peuvent être trouvées ici (en français) ou encore ici (en anglais).

Et donc pendant quelques jours j’ai pu surfer sur le web sans bloqueur de publicité : ça faisait longtemps, et c’est une véritable horreur : comment peut-on produire de telles pages, véritablement infectées de publicités ? Il y en a partout, toutes plus tapageuses les unes que les autres, rendant la lecture d’un article quasiment impossible ? (par exemple les sites sportifs genre eurosport.fr ou lequipe.fr : une vraie plaie !).

J’imagine qu’il y a encore des gens à naviguer sur ces sites sans être protégés, se disant que c’est normal, que “c’est comme ça”, comme la pub à la TV. Franchement je les plains.

Heureusement, le problème est désormais réglé, avec la version 66.0.4. Une autre manière (propre) de corriger le problème était d’activer les “études” dans les options de Firefox, puis d’attendre un peu :

On trouvait ensuite dans la page “about:studies” le correctif, qu’il faudra supprimer une fois la version 66.0.4 d’installée :

Ce bug donne l’occasion de donner deux conseils :

Utiliser Firefox, car c’est le seul navigateur dont le but principal est de protéger votre vie privée. Quand on voit ce que fait Google avec Chrome (Ah la tentation du monopole !), il est grand temps de passer à Firefox, dont les performances sont maintenant excellentes.
Même s’il y a parfois un bug comme celui-ci ! 😉 Il faut être tolérant et patient d’une part, et les bugs n’épargnent personne d’autre part.

Utiliser uBlock Origin : s’il y a une seule extension à installer, c’est celle-ci sans aucun doute. Votre navigation sur le web n’en sera que plus agréable.

J’en profite pour lister les extensions que j’utilise actuellement (less is more) :

Nom Extension Rôle
Cookie autodelete Efface les cookies dès la fermeture de l’onglet, sauf ceux sur liste blanche.
CookieMaster Bloque les cookies par défaut, parfois un peu contraignant, mais très utile quand même.
I don’t car about cookies Pour éviter les messages inutiles à propos des cookies.
HTTPS partout Par sécurité !
Intégration à Gnome Shell Sous Ubuntu Gnome, indispensable.
Translate Now Pour traduire une texte sélectionné, paramétré avec DeepL Translator, histoire d’éviter Google Translate.
Wallabagger Pour lire les articles hots ligne, en corrélation avec l’appli sur le smartphone.
uBlock Origin Pour pouvoir surfer à peu près tranquillement sans se prendre la tête.

Bon surf !

Voyage en Asie 2018 – Thaïlande

Premier album photo du voyage en Asie de cet hiver. On commence par la Thaïlande, puisque je suis passé par Bangkok à l’aller comme au retour. Je ne reste qu’une seule journée à l’arrivée, pour aller revoir le Grand Palais. Et un peu plus longtemps au retour, puisque j’ai passé la frontière birmane à Mae-Sot pour redescendre tranquillement sur Bangkok, via Tak, puis Sukhothai l’ancienne capitale : Accéder à l'album

Avec aussi une dernière étape par Hua Hin, histoire de revoir la mer ; mais bon Hua Hin, c’est une station balnéaire touristique et assez chère, j’aurais donc pu m’en passer ou choisir un autre endroit !

(cliquer sur la photo pour accéder à l’album)

Petits suicides entre amis – Arto Paasilinna

Livre pris dans le carton que m’a laissé ma frangine, et cette fois petite déception : si l’histoire est plaisante et dite sur un ton décalé (vu le sujet), on sent bien que l’auteur s’est amusé à écrire cette petite histoire qui contient tout de même quelques longueurs, et à l’issue rapidement prévisible.

Tout naît de la rencontre de deux personnages qui ont la malencontreuse idée de se suicider le même jour dans la même grange… Cet acte prévu dans la plus stricte intimité est de fait devenu impossible, et les deux hommes vont finalement se mettre en quête d’autres individus ayant pris la même décision qu’eux. Un groupe va finalement se former, un autocar sera trouvé, et la quête du meilleur endroit pour arriver à leurs fins tous ensemble leur fera traverser la Finlande, puis une partie de l’Europe.

Le roman commence ainsi :

Les plus redoutables ennemis des Finlandais sont la mélancolie, la tristesse, l’apathie. Une insondable lassitude plane sur ce malheureux peuple et le courbe depuis des milliers d’années sous son joug forçant son âme à la noirceur et à la gravité. Le poids du pessimisme est tel que beaucoup voient dans la mort le seul remède à leur angoisse. Le spleen est un adversaire plus impitoyable que l’Union Soviétique.
Mais les Finlandais sont une nation de guerriers. Ils ne capitulent pas. Ils se rebellent, encore et toujours, contre la tyrannie.

Le ton est donné, et l’on sourira à maintes reprises au long de cette fable tout de même sympathique. Mais sans plus.

Arto Paasilina (1942-2018) est un écrivain, journaliste et poète finlandais. Né dans un camion, en plein exode face aux forces soviétiques, il commence à travailler dès l’âge de treize ans, exerçant divers métiers. Il explique lui-même :

J’étais un garçon des forêts, travaillant la terre, le bois, la pêche, la chasse, toute cette culture que l’on retrouve dans mes livres. J’ai été flotteur de bois sur les rivières du nord, une sorte d’aristocratie de ces sans-domicile fixe, je suis passé d’un travail physique à journaliste, je suis allé de la forêt à la ville. Journaliste, j’ai écrit des milliers d’articles sérieux, c’est un bon entraînement pour écrire des choses plus intéressantes.

Son roman le plus célèbre est Le lièvre de Vatanen, que j’ai lu il y a bien longtemps. J’avais beaucoup aimé, c’est d’ailleurs l’histoire d’un homme qui fait le chemin inverse, quittant femme et boulot pour la nature.

Enregistrer France Culture la nuit

Tout est parti du besoin de récupérer un indicatif musical entendu pendant “Les nuits de France Culture” pour pouvoir en faire une sonnerie sur mon téléphone. À priori, rien de très compliqué : on récupère le podcast de l’émission, on l’édite avec Audacity, et on coupe pour ne garder que la partie que l’on souhaite conserver. Mais cela n’a pas été aussi facile…

J’avais entendu plusieurs fois ce morceau car quand je me réveille la nuit, je mets la radio avec une fonction “sleep” à 30 minutes sur mon radio-réveil (comme ça je me rendors plus facilement) en écoutant plus ou moins ce qui se dit. Le morceau en question est une intro au piano, style jazz, mais avec un rythme chaloupé tout en retenue bien sympathique…

Premier problème : l’indicatif musical n’apparaît pas sur les podcasts ! Le morceau en question est en fait parfois utilisé pour faire le lien entre deux émissions, ou bien pour annoncer la fin de “la nuit”.

Car “Les nuits de France Culture” est une émission où une personnalité est invitée à proposer une sélection d’archives radiophoniques. Il s’agit donc de plusieurs émissions qui s’enchaînent de minuit à cinq heure du matin. Je vous laisse imaginer la richesse des archives de France Culture, je tombe parfois sur de véritables perles, qui me gardent éveillés le temps de l’émission. Le problème est alors de s’en rappeler le lendemain ! 😉

Bref, il va donc falloir enregistrer FC de façon programmée, car je ne vois pas mettre le réveil à 4h55 du matin pour essayer d’identifier le fameux morceau…

Continuer la lecture Enregistrer France Culture la nuit

Lectures, Ubuntu, Smartphone, Cinéma, entre autres…