Tous les articles par pascal

LineageOS avec MicroG à la place des services Google

LineageOS avec MicroG L’autre jour, j’ai installé sur le smartphone l’application Xda Feed, histoire de recevoir les news à propos des forums XDA, qui fournissent tant d’informations et de ressources à propos d’Android. Sauf qu’en lançant l’application, un message m’avertissait que l’application ne fonctionnerait pas correctement car je ne disposais pas des services Google Play (GPS).

Et en effet, je n’ai pas de compte Google de déclaré sur le smartphone, puisqu’en le faisant, on installe en même temps les fameuses GApps (Google Apps) qui s’installent avec les droits système, et dont le code est privé. À partir de là, vous perdez le contrôle de votre smartphone d’une part (Google a la possibilité de vous identifier et de vous tracer), et d’autre part ces GPS ont un impact sur la consommation de ressources (mémoire, batterie).

Et puis, tant qu’à installer LineageOS, autant en profiter pour se passer de Google et se rapprocher le plus possible d’un idéal où vos données privées le restent, si tant est que cela soit possible avec Android.

Revenons à mon petit problème avec XDA Feed : malgré le message, l’application fonctionnait. Par contre, je ne pouvais pas lancer les vidéos des articles, un autre message m’informait que j’avais pas l’application Youtube d’installée (j’utilise NewPipe comme lecteur de vidéos Youtube, il est léger et libre, et disponible sur F-Droid. Je n’ai donc aucune envie d’installer l’application Google…).

         

Finalement, mon problème de lecture des vidéos était tout bête : il suffisait d’utiliser la petite icône cerclée en vert ci-dessus pour avoir la possibilité de choisir son lecteur vidéo. Le message d’erreur n’apparaissait que si l’on appuyait sur la capture d’écran Youtube… 😳

Mais avant de trouver la solution, j’avais posé la question sur le forum XDA, et c’est là que j’ai entendu parler de MicroG… Plusieurs réponses me signifiaient qu’utiliser Android sans les services Google, c’était limiter grandement les possibilités d’Android, et une bonne âme me disait de tester avec microG, une alternative aux fameux GPS.

Alors qu’est-ce que c’est que microG ? Nous allons voir tout ça, comment l’installer sur LineageOS, puisque c’est la ROM que j’utilise (une ROM toute prête existe), et comment le configurer.

Continuer la lecture LineageOS avec MicroG à la place des services Google

Au cœur des Himalayas – Alexandra David-Néel

Au cœur des Himalayas - Alexandra David-Néel Ce livre, publié en 1949, retrace la visite d’Alexandra David-Néel au Népal en 1912. C’est donc au tout début de sa vie d’aventureuse, bien avant qu’elle ne se rende au Tibet… À cette époque, elle vient d’arriver en Inde : mariée, elle est partie en promettant à son mari de revenir dans dix-huit mois… Elle ne reviendra que quatorze ans plus tard !

C’est donc le récit de son voyage au Népal qu’elle nous raconte : le pays est encore interdit aux étrangers, mais elle bénéficie d’une autorisation spéciale dont elle préfère ne pas dévoiler la source (sans doute un dignitaire anglais qui connaît un maharadja…). Elle va ensuite pouvoir visiter Katmandou et les anciennes capitales du royaume, Patan et Bhaktapur, puis la région du Téraï, la plaine qui jouxte l’Inde. Elle se rendra également sur le lieu de naissance du Bouddha.

Tout cela en chaise à porteurs, avec serviteurs, gardes, etc… Elle s’en défend et préférerai plus de liberté dans ses déplacements, mais son voyage est « sous contrôle ». La chaise à porteurs, les serviteurs, le cuisinier, ne semblent pas la déranger plus que ça par contre.

Elle est très érudite sur la mythologie, l’histoire du royaume, les rites hindouistes et leurs sacrifices, les sectes, etc… Et n’hésite pas à nous faire partager ses connaissances, au fil de son récit et de ses rencontres. On la sent tout de même un peu pédante parfois, condescendante envers les érudits locaux qu’elle rencontre ! Mieux vaut être un mystique ou un religieux que prétendre être un B.A. (bachelor ès Arts, l’équivalent de notre baccalauréat) à ses yeux !!

Mais l’ensemble est tout de même intéressant, cela reste un beau récit de voyage. Le point d’orgue étant sa rencontre avec un tigre alors qu’elle est en train de méditer, seule dans la jungle. Elle garde son contrôle et tâche désespérément de continuer sa méditation… et le tigre finit par s’en aller.

Chose amusante, j’ai retrouvé la même légende que celle racontée dans Le chapeau de Vermeer, ou comment les espagnols obtiennent un bout de territoire de Manille pour y ouvrir un comptoir. Timothy Brook disait que c’était un stratagème emprunté à l’Énéide… Ici, c’est la fille d’un Dieu, Kang Tchoungma qui utilise le même stratagème :

Elle était pieuse et décida de construire un stûpa en l’honneur de Bouddha. Pour ce faire, elle alla trouver le roi et le pria de lui donner un terrain sur lequel le stûpa pourrait être bâti. Mais bien que son intention fût d’ériger un grand stûpa elle ne demanda au roi que l’étendue d’un terrain qu’elle pourrait couvrir avec une peau de bœuf. Le roi ayant acquiescé à sa requête, la femme découpa une peau de bœuf en très fines lanières et en entoura l’espace qui est aujourd’hui occupé par le stûpa.

Décidément, les légendes ont la vie dure, mais manquent parfois de variété ! Pour info, il s’agissait du stûpa de Bodnath, l’un des plus grands du monde. Ceci dit, les espagnols avaient obtenu une longueur d’une douzaine de kilomètres… Beaucoup plus forts que Kang Tchoungma ! 😉

Pour finir, une autre anecdote qui m’a bien plu, à propos des Indiens et des Anglais (et des Blancs !) :

C’est sur les bords du Gange que j’ai entendu cette déclaration singulière : « Les Anglais nous méprisent et nous le savons. Mais nous nous méprisons les Anglais et ils ne le savent pas. C’est un avantage que nous avons sur eux.
L’Indien qui parlait ainsi nommait les Anglais parce qu’ils étaient les étrangers les plus proches de lui, mais tous les Blancs pouvaient être inclus dans sa déclaration.

Alexandra David-Néel (1868-1969) est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d’opéra et féministe, journaliste et anarchiste, écrivaine et exploratrice, franc-maçonne et bouddhiste de nationalités française et belge ! Rien que ça, c’est ce que proclame Wikipedia en tout cas… De ce petit récit de voyage, difficile de la croire anarchiste, ne serait-ce que par son mode de voyage, mais aussi par ses remarques sur les personnes qu’elle croise. Il semble qu’elle s’y soit surtout intéressée dans jeunesse, toujours selon Wikipedia : à ce titre, cela fait certainement beaucoup d’anarchistes sur la planète.

L’enthousiasme – Daniel Rondeau

L'enthousiasme - Daniel Rondeau J’ai entendu parler de ce t auteur pour un autre livre, qui vient de sortir, intitulé Mécaniques du chaos, dont le journaliste ne disait pas tant de bien que ça, car trop ambitieux, voulant expliquer la complexité et le désordre du monde actuel. À voir, je n’en sais rien, mais le journaliste mentionnait par contre celui-ci, à propos de Mai 68 et des jeunes Maoïstes. Ça m’a donné envie de le lire.

Ce roman, ou ces mémoires pourrait-on dire, se passe après Mai 68, quand l’auteur arrête ses études pour aller en province pratiquer ce qui s’appelait « l’établissement », c’est-à-dire rejoindre les ouvriers, travailler à l’usine à leurs côtés, et propager la bonne parole révolutionnaire, et lutter avec eux.

J’ai été un peu déçu par ce livre, je m’attendais à un récit des événements auxquels « l’établi » se trouve confronté, des actions qu’il provoque, mais c’est plutôt le récit à posteriori de cette expérience, empreint de mélancolie, de souvenirs éparpillés sur un monde aujourd’hui disparu.

C’est par contre très bien écrit, très honnête également sur ce que l’auteur a vécu, ses rapports avec le monde ouvrier (qui ne laisse pas duper plus que ça par un jeune étudiant qui vient prêcher la révolution, et qui ne sait même pas planter un clou !). Une chose qui frappe, c’est sa détermination et le degré d’embrigadement politique qui transparaît.

Voilà comment tout a commencé :

Ce fut un coup de tonnerre dans les réunions savantes des cellules de l’U.J.C (marxiste-léniniste), lorsque Robert Linhart lança un mouvement d' »établissement » en usine, auquel chacun était sommé d’adhérer. La lumière avait jailli des reportages de « Pékin information », qui exaltaient le départ des lycéens révolutionnaires dans les campagnes chinoises, et de rencontres prometteuses avec quelques ouvriers qui travaillaient en ce que la direction marxiste-léniniste baptisa aussitôt, à la chinoise, « Usine n° 1 », – c’était je crois, l’usine Perrier. Il ne fallait plus compter sur un avenir d’intellectuel communiste, alliant harmonieusement les succès universitaires et la conscience de classe prolétarienne, selon la subtile dialectique qui permet de vivre d’une façon et de penser d’une autre, mais de « devenir ouvrier ».

Quand on lit cela de nos jours, avec un bon recul sur ce que fut le maoïsme, ou l’expérience Cambodgienne par exemple, on frémit !

Daniel Rondeau, né en 1948, est un écrivain, éditeur, et journaliste français. Le Grand Prix du roman 2017 de l’Académie française lui a été décerné pour Mécaniques du chaos.

La belle et la meute – Kaouther Ben Hania

La belle et la meute - Kaouther Ben HaniaSéance ciné aujourd’hui pour voir ce film inspiré d’un fait réel, et raconté dans le livre Coupable d’avoir été violée par Meriem Ben Mohamed (c’est un pseudo, et c’est déjà révélateur !).

Cette jeune tunisienne de 27 ans a été violée le 03 septembre 2012 par deux policiers. Elle a porté plainte, et c’est le sujet de ce film, même s’il n’est pas fidèle aux faits qui se sont réellement passés. Comme on peut l’imaginer, ce n’est pas simple de vouloir porter plainte pour un viol, qui plus est en Tunisie, et pire encore d’accuser la police de ce viol.

C’est ce chemin de croix que raconte le film, en neuf plans séquences d’intensité inégales, mais qui nous emmène dans le cauchemar que va devoir vivre la jeune fille.Car cette nuit-là, que ce soit à l’hôpital ou au commissariat, qu’elle se retrouve face à des femmes ou des hommes, il lui faudra une volonté farouche pour ne pas abandonner… L’omnipotence des hommes est terrible ! Les femmes au mieux compatissent, mais ne vont pas pour autant prendre parti.

Dommage que la réalisatrice n’ait pas choisi de raconter la vraie histoire, cela aurait donné au film encore plus de force je crois. Le film s’arrête d’ailleurs quand la jeune fille sort du commissariat, au petit matin, libre d’aller voir le procureur de la République pour enfin pouvoir porter plainte. Rien n’est encore fait !

Dans la réalité, la jeune fille sera d’abord inculpée d’atteinte aux bonnes mœurs, mais cette inculpation se solde par un non-lieu en novembre 2012. Deux ans plus tard, les deux policiers ont été condamnés (en appel) à quinze ans de prison. Elle vit maintenant à Paris avec son compagnon, car la pression était trop forte en Tunisie : menaces de la famille des policiers, les amis qui ne vous parlent plus, peur de la police et des islamistes…

La fille de Femme-Araignée – Anne Hillerman

La fille de Femme-Araignée - Anne Hillerman Fan de Tony Hillerman (je ne sais pas si j’ai tout lu, mais un paquet c’est certain), j’étais content de voir que sa fille avait repris le flambeau, et poursuivi les aventures de Joe Leaphorn et de Jim Chee, membres de la police Navajo…

Hélas, dès les premières pages de cette nouvelle aventure, Joe Leaphorn va se prendre une balle dans la tête, et passer la totalité du roman dans une chambre d’hôpital, entre la vie et la mort ! Dur, dur, pas de cadeau pour le personnage principal de son père, qui a traversé tant d’aventures… 🙁

Ici, le personnage principal sera Bernadette Manuelito, la femme de Chee. Avec son mari, ils vont enquêter pour découvrir qui a pu commettre cet tentative de meurtre. Si on retrouve l’atmosphère des romans de son père, la police navajo, la culture ancestrale de ce peuple et son rapport au monde d’aujourd’hui, j’ai été moins emballé par l’histoire, l’enquête en elle-même, qui traîne un peu en longueur j’ai trouvé.

Anne Hillerman insiste plus me semble-t-il sur la beauté de la nature, le rôle de chaque endroit du territoire dans l’histoire du peuple navajo ; la famille, son mari, prennent aussi plus de place. Sans doute le passage d’un auteur masculin à un auteur féminin ? Cela apporte d’autres choses, même si le style est assez similaire, et c’est sans doute volontaire, pour garder le ton de la série… Plutôt pas mal dans l’ensemble. Dans la postface, Anne Hillerman dit ceci à propos des romans de son père :

Si j’ai énormément aimé tous ses romans, Le Voleur de temps, avec son intrigue et ses décors splendides, figure à l’origine de La fille de Femme-Araignée. Si vous ne l’avez pas lu, ou si vous ne l’avez pas lu récemment, je vous encourage à aller y regarder de plus près.

Je ne vais pas me priver de ce plaisir, il est dans ma bibliothèque ! D’ailleurs, en lisant le quatrième de couverture, je vois que l’histoire est effectivement mentionnée dans ce roman-ci… Il s’agit donc d’une sorte de suite, on peut donc recommander de lire Le Voleur de temps avant celui-ci pour bien profiter de l’histoire, sans que cela soit nécessaire pour autant.

Anne Hillerman, née en 1949, a repris les aventures des héros de la police Navajo de son père avec ce roman, publié en 2013. Un deuxième est paru en 2015 : Un rocher avec des ailes, disponible en français, mais pas encore en poche. Son troisième livre, Song of the Lion, est paru en 2017. Elle n’a pas encore de page wikipedia !

LineageOS : La météo sur l’écran de verrouillage

Ça faisait un petit bout de temps que je cherchais à avoir la météo sur l’écran de verrouillage (lockscreen) du smartphone.

Mais je ne trouvais pas de solution simple, à moins d’utiliser des widgets nécessitant le framework Xposed (que je n’avais pas vraiment envie d’installer, c’est plutôt le genre de truc lourd), ou des applications nécessitant un compte Google (ce que je ne veux pas), ou encore demandant des droits sans aucun rapport avec leur fonction.

Et puis je suis tombé sur un article qui parlait des LineageOS Extras, où l’on trouve des Weather Providers sous forme d’APK. Il ne restait plus qu’à tirer le fil…

Comme vous le voyez sur l’image à gauche, l’information est succincte, mais l’essentiel est là. Pas de jolies icônes avec un soleil, des nuages… Pour cela, il faudra débloquer l’écran ! Mais la solution me convient, elle a le mérite d’être simple et sans logiciel propriétaire potentiellement espion !

Je ne sais pas vous, mais il faut maintenant être très prudent sur ce que l’on installe sur son smartphone ! Voir cet article, et regardez ce que font des applis comme Le Figaro, L’Équipe, Météo France, Closer ou encore Télé Loisirs.

Mais revenons à ce petit tutoriel pour installer et paramétrer la météo sur son écran d’accueil…
Continuer la lecture LineageOS : La météo sur l’écran de verrouillage

eChat Orange : Merci d’avoir discuté avec nous

Logo eChat Orange Aujourd’hui, j’ai voulu tenter de résoudre un petit souci avec la solution eChat d’Orange. Je me suis que cela pouvait éviter de patienter trop longtemps au téléphone, et puisque j’étais sur le PC, cela me paraissait plus simple de procéder ainsi.

Je les contactais pour un problème simple : je suis passé récemment chez Orange, pour la principale raison que mon immeuble venait d’être câblé en fibre optique par Orange (voir cet article). Et comme Orange propose le parrainage Fibre, j’y ai souscrit. En juin dernier, il suffisait de connaître quelqu’un qui a déjà la fibre Orange, et chacun reçoit 50 euros de remboursement ! Ça valait le coup…

J’ai ensuite reçu un SMS de confirmation m’indiquant que je serai remboursé sur mes prochaines factures dans un délai de six semaines. Hélas, deux mois plus tard, toujours rien sur mes factures, d’où le besoin d’appeler l’assistance.

Le eChat s’est révélé plutôt mauvais : je me demande encore si je parlais avec une personne ou un robot (un « bot » comme disent les anglais). Si la « discussion » s’est établie rapidement (j’étais en pole position !), ensuite les temps de réponse de « Mélissa » étaient vraiment longs (3mn, puis 5 mn pour une simple confirmation), et la discussion s’est close brusquement (après un nouveau délai de 5mn), sans que j’ai pu avoir une réponse, avec un message que l’on pourrait qualifier d’ironique : « Merci d’avoir discuté avec nous. » ! 😉

Manque de chance ? mauvaise manip’ de Mélissa qui a fermé la fenêtre malencontreusement ? Service robotisé qui n’est pas au point ? mais tout de même assez pour faire une faute de français pour apparaître plus humain ? La question reste ouverte… 🙂

J’ai ensuite appelé l’assistance par téléphone, j’ai eu rapidement quelqu’un de très aimable, et le problème a été réglé en cinq minutes ! À bas les robots, vive l’humain !! 😆

La vie que j’ai choisie – Wilfred Thesiger

La vie que j'ai choisie - Wilfred Thesiger C’est une vie dans les déserts, parmi des peuples nomades encore fiers et sauvages, qu’a choisi l’auteur. Il est l’un des derniers grands explorateurs nous dit le quatrième de couverture. Et son récit ne manque pas d’intérêt, que ce soit pour le côté historique, son goût de l’aventure ou pour le mode de vie choisi. J’ai pris un grand plaisir à lire ce livre.

Anglais, il naît en Abyssinie (l’ancien empire d’Éthiopie) où son père représentait le Royaume-Uni, et y passe son enfance. Après des études en Angleterre (Eton, Oxford), il y revient à l’âge de vingt ans pour le sacre d’Haïlé Sélassié, le negus d’Éthiopie. Il est fasciné par le défilé des tribus devant leur empereur, « rivalisant par l’ampleur de leurs suites, la magnificence de leurs tenues et de leurs équipages ». Cette image le marquera.

Peu de temps après, il organise sa première expédition, dans le pays Danakil, une région et un peuple encore insoumis et dangereux. L’expédition se passe bien, et ce sera pour lui la révélation : c’est ce mode de vie qu’il veut adopter, traverser des déserts à dos de chameaux ou de mules, chasser le lion ou le gibier, côtoyer des peuples pas encore soumis et influencés par l’occident.

Il va ainsi nous raconter ses voyages au Nord Soudan, et au Tibesti, puis de nouveau en Éthiopie. Au cours d’un de ses voyages dans le nord du pays, il visite Lalibela, un site à priori extraordinaire, avec ses églises rupestres creusées dans la pierre sous le niveau du sol. Puis viendra la seconde guerre mondiale, à laquelle il participera, libérant l’Abyssinie de l’occupation Italienne.

Au cours de sa vie, il voyagera aussi dans le Sud de l’Arabie, au Kurdistan, dans l’Hindu Kouch etc… Mais ces voyages sont relatés dans d’autres livres. Il conclut celui-ci sur une note assez pessimiste concernant l’évolution du monde, conscient d’avoir connu un monde qui a depuis disparu.

Dans ce livre, centré sur l’Abyssinie et sur son parcours, il nous dresse aussi une brève histoire de cet empire et de l’empereur Haïlé Sélassié. On y apprend par exemple comment la Société des Nations a abandonné ce pays quand les fascistes italiens l’ont envahi pour agrandir leur empire colonial. Principalement Anglais et Français réunis, avec le plan Hoare-Laval, qui ne voulaient pas froisser Mussolini, de peur qu’il s’allie avec Hitler (nous sommes en 1935). L’Angleterre notamment avait des accords avec l’Abyssinie, elle ne les tiendra pas, en refusant de leur vendre des armes par exemple (entre autres).

Les italiens pourtant sur-armés comparés aux tribus d’Abyssinie n’en recoururent pas moins au gaz moutarde, allant même jusqu’à bombarder un camp de la croix rouge, tout cela sans que la Société des Nations prennent des sanctions. Haïlé Sélassié fera un discours à Genève, au siège de la Société des Nations, qui restera aussi célèbre que sans effet. Toute cette histoire donne un bel exemple de l’attitude des États occidentaux vis-à-vis du « tiers monde », et à la sagacité de leur diplomatie ! Cela nous éclaire aussi sur la façon dont le monde actuel a été construit…

Mais revenons à l’auteur, qui avec son côté anglais d’Oxford, ne manque pas de contradictions car s’il représente l’occident, il est contre l’imposition de notre mode de vie à ces populations. Il considère que l’on devrait s’arrêter à faire régner l’ordre et la justice, et pour le reste les laisser faire ce qu’ils veulent, respecter leur culture millénaire. Ce qui est tout à son honneur. Mais les rapports avec les locaux peuvent être très complexes : il mentionne à un moment un administrateur anglais qui aimait et respectait énormément les ethnies locales, admirant leur courage au combat tout en les massacrant à la mitrailleuse en cas de révolte !

Wilfred adore chasser, c’est parfois utile quand il s’agit de protéger un village d’un lion qui attaque le bétail, mais c’est parfois pour lui « un sport », et c’est beaucoup plus discutable. Mais cela lui permet aussi de se faire accepter par les tribus locales (« il est comme nous »). Il ne s’en cache pas, et rappelle plusieurs fois qu’à l’époque, le gibier foisonnait, et qu’il n’y avait aucun risque d’extinction des espèces…  Il tuera néanmoins quatre éléphants pendant son séjour dans le Nuer, nombre auquel il a droit, car c’est déjà réglementé (deux éléphants par an). Il chasse aussi le rhinocéros avec les locaux, et prend parfois des risques, il faut le reconnaître : chasser le lion peut vite se révéler dangereux.

Pendant la seconde guerre mondiale, il confesse qu’il combattrait volontiers aux côtés des Éthiopiens, même contre les anglais, ce qui en dit long sur son amour de ce pays ! Il participe activement à la libération du Godjam en 1940-1941, sous les ordres de Orde Wingate, qui ramena l’empereur Haïlé Sélassié à Addis-Abeba de son propre chef. Il le compare par certains côtés à T.E. Lawrence, pour son investissement auprès des abyssins car il craignait que les Britanniques privent l’Abyssinie de son indépendance.

Il y a d’ailleurs des similitudes entre Wilfred Thesiger et T.E. Lawrence, tous deux amoureux du désert et des tribus nomades, jusqu’aux accords de Sykes-Picot qui scella le sort du Proche Orient après la première guerre mondiale, comme ici le plan Hoare-Laval scella celui de l’Abyssinie.

Wilfred Thesiger, (1910-2003) était un explorateur et un écrivain britannique, connu pour ses descriptions des peuples nomades africains et asiatiques. Cette première découverte donne envie d’en lire d’autres, comme « Le désert des déserts » ou « Dans les montagnes d’Asie ».

Blade Runner 2049 – Denis Villeneuve

Blade Runner 2049 - Denis Villeneuve Fan de Philip K. Dick, je ne risquais pas de louper ce film, d’autant qu’Arte avait eu la bonne idée de rediffuser le premier « Blade Runner » de Ridley Scott (1982), adaptation du roman de P.K. Dick : Les androids rêvent-ils de moutons électriques.

Et j’ai passé un bon moment, malgré quelques longueurs (2h44). Du côté positif, l’ambiance (décors, musique) qui sont assez fidèles à la première mouture, et où l’on plonge avec délice. Le scénario, sans être à la hauteur du premier film, est assez prenant pour vous accrocher un moment. Mais la sophistication et la lenteur de certaines scènes font que l’on s’ennuie tout de même un peu, pour être finalement déçu par le scénario.

Concernant ce dernier, je n’ai pas retrouvé la force du premier film, notamment avec la dernière scène, celle où Roy Batty, le Nexus-6, finit par sauver la vie du Blade Runner par pure empathie, ce sentiment qui est censé être la spécificité de l’âme humaine… C’est l’idée de base du roman de Philip K. Dick, d’ailleurs : qu’est-ce que c’est qu’être humain, qu’est-ce qui nous différencie d’une machine sophistiquée ?

Dans ce nouveau film, la clef du scénario est la capacité d’enfanter des réplicants. Car leur fabrication est limitée, or les humains en ont de plus en plus besoin (comme main d’œuvre) ; s’ils pouvaient donc se reproduire tout seuls, cela résoudrait le problème. Or nous apprenons que la Tyrell Corporation du premier film savait le faire, mais hélas, le savoir a été depuis perdu… Et comme Harrison Ford et la belle Rachel étaient amoureux, un enfant était né de cet amour !

Personnellement, j’ai tout de même passé un bon moment. Le premier film durait deux heures, et est considéré comme un film culte. Pas besoin de faire plus long…