Le canard est frileux

Ce matin, j’ai envoyé un mail au canard enchaîné pour vérifier que je peux reproduire quelques-uns de leurs articles sur le blog. Voici mon mail et leur réponse:

Bonjour,
Je suis un lecteur fidèle du Canard, et le mercredi matin est toujours un bon jour de la semaine grâce à vous. Merci pour cela.
J’ai un weblog depuis peu, essentiellement consulté par des amis, et donc d’une audience qui reste plutôt confidentielle.
Je me permet de temps en temps de recopier certains de vos articles sur mon blog.
Je voudrais m’assurer que vous n’y voyez pas d’inconvénients, et c’est l’objet de ce mail.
J’imagine que cela ne peut que concourir à donner aux gens l’envie de lire votre journal, et que cela va dans le sens de votre travail: faire circuler une information libre et indépendante.
Si je me trompe, dites-le moi…
Merci,
Pascal

La réponse du Canard:

Cher Monsieur,
Merci pour votre message et de l’intérêt que vous portez au “Canard”.
Cependant, nous regrettons de devoir vous indiquer que, pour des raisons juridiques, nous ne pouvons donner d’autorisation pour la reproduction de nos articles sur des sites, même confidentiels;
Espérant que vous comprendrez nos raisons,
Cordialement

J’ai donc modifié tous ces articles, me contenant de relayer l’information contenue, et citant la source de l’information. J’espère que cela leur conviendra. Dommage, leurs articles sont vraiment de qualité.

6 commentaires sur “Le canard est frileux”

  1. Le canard est donc vraiment “enchainé” à présent. Pour des raisons juridiques, politiques?
    Nous vivons donc vraiment dans un monde libre! Je me rappelle que sous le régne du “Grand Charles” (pas Pasqua, l’autre de Colombey, dont tout le monde se targue aujourd’hui d’être l’enfant chéri) certains articles parvenaient même a le faire rire et que le Canard n’était interdit de publication que lorsqu’il y avait élection en vue.
    A présent, on se réfugie derrière une juridiction qui ne “permettrait” pas de diffuser l’information? De quel droit!
    Merci qui? A vous de voir…

  2. JP je te trouve un peu dur avec l’un des seuls journaux indépendants au monde (il n’y a pas pratiquement pas d’équivalent dans la mesure où le Canard se permet de tirer à + de 200.000 et continue de refuser la pub). Je me fais l’avocat du diable c’est vrai. Mais je pense que s’ils autorisaient la publication sur le net, ils s’exposeraient à des sites qui publieraient l’intégralité des textes. Et c’est leur mort. Où commence et où finit la notion de “circulation de l’information”. Difficile d’ouvrir une voie sans limiter le nombre d’articles recopiés, le nombre d’internautes qui vont consulter,etc. Ils ne connaissent pas Pascal et peuvent légitimement se méfier. Les seuls revenus du Canard sont la vente des numéros contrairement aux autres journaux dont le principal revenu est la pub. Ils se protègent donc pour survivre. Cela ne me choque pas. Ils n’ont pas le choix.
    Moralité : continuons à vanter les mérites du Canard et à inciter nos proches à l’acheter.

  3. Ouais, je ne leur en veux pas finalement, c’est sans doute aussi bien que je parle simplement de l’article (avec mes propres mots, donc ce sera moins bien écrit, mais bon).
    Pour donner envie de lire le Canard, c’est sûrement mieux.

    Mais si on fait bien attention, le Canard me dit simplement “qu’ils ne peuvent pas donner l’autorisation”…
    En aucun cas ils ne font allusion à des poursuites ou quoique ce soit de ce genre…

    J’avais même pensé à leur poser une nouvelle question du genre “ok, vous ne pouvez donner l’autorisation, mais avez-vous l’intention (ou avez-vous déjà) de poursuivre un particulier devant les tribunaux ?”… La réponse (quand on connait le Canard) pourrait être “non Monsieur”…

  4. Pour clore le sujet, et remettre quelques pendules égarées ou trop timides dans leurs estimations, à l’heure?
    Alors coup de gueule ou pas?
    Yeees, on y va…
    Je ne vois pas ce que le fait de reproduire tout ou partie d’un article (en citant ses sources) peut nuire à son auteur et/ou le support concerné. Ce serait même plutôt le contraire me semble-t-il!
    La pub gratuite n’a jamais fait de mal à personne.
    Premier point.
    J’aime bien le “Carnard”, et pense, Eric, que tu l’as compris. Mais qui aime bien…
    Ce qui me chiffonne, en fait, c’est cette timidité envers le transfert d’infos, vérifiées et nommément citées comme telles.
    Deuxième point. Je suis de la génération des “Signé Furax”, des “Grenier de Montmartre”, des jeudi après-midi en compagnie de Marianne Oswald à la voix si sombre, cassée et parfumée que Jeanne Moreau et Macha peuvent aller se rhabiller derechef sans passer par la case départ (Non, non, pas de 20 000frs).
    Les suspens de Pierre Billard et les messes du dimanche matin de Jean Yanne… Autrement dit un “Radio days”, comme l’a si bien illustré Woody Allen.
    J’ai donc vu, du poste à galène avec “l’oeil magique” aux serveurs d’aujourd’hui, naître l’informatique.
    De l’Atom 2000 au Z80. Le magnifique 68000 de Motorola. Les processeurs nouvelles générations d’Intel, Cyrix et AMD. On est passé en moins de 10 ans de 500 à plus de 3Giga hertz!!! Sans parler du stockage!
    Et où en est-on aujourd’hui?
    On va, à en croire les “décideurs”, interdire la duplication à titre privé. Condamner à de lourdes peines les diffuseurs de logiciels de P2P, et condamner de ce fait les véritables créateurs. Développeurs de freeware, centres d’études universitaires, bref, ceux qui peuvent nous apporter de nouveaux projets et moyens de communication et donc d’information.
    C’est un parallèle un peu olé-olé, j’en conviens, mais qui tient la route.
    Le 8mm et le super 8 n’ont jamais tué le cinématographe? Désolé Kodack.
    Le magnétophone n’a pas tué la production musicale? Désolé La Voix de son Maître.
    La vente de disques ne s’est jamais aussi bien portée que dans ces années-là?
    La presse gratuite n’a pas tué les quotidiens?
    – Se reporter à un article du “Monde” d’aujourd’hui (version édulcoré dans “20 minutes” pour faire plus court). N’en déplaise aux “NMPP”.
    Et on en revient donc à notre point de départ. Je ne vois donc pas en quoi la reproduction d’un article de tel ou tel “Canard” peut mettre en péril l’existence de celui-ci. Au contraire!
    Sans me citer en exemple, loin de là. J’ai plus de 600 disques vinyls (dommage, je ne trouve plus de tête Shure pour ma platine disque!)
    Plus de 400 CD (dommage, certains commencent à être usés jusqu’à la trame et ne passent plus, même dans un graveur!)
    Au moins une quarantaine de film en DVD (je m’y suis mis tardivement il est vrai).
    Des dizaines de jeux de toutes sortes payés à prix d’or et injouable à présent. Ben oui, les Os ont évolué sans se soucier du pauvre type qui a payé rubis sur l’ongle un truc qui fonctionne plus avec sa sa nouvelle config (C’est con, ça?).
    Et je ne sais combien de cassettes vidéo pleines de poussières (dommage le magnétoscope est en train de me lacher). La technologie est dépassée. Va donc faloir me racheter tous ces films?
    Dois-je rappeler qu’à l’époque (fin 70 début 80) une cassette vidéo valait entre 800 et 1000 Frs le bout! Non, non, je ne déconne pas!
    Elle était donc pas belle la vie pour tout ce beau monde qui voit aujourd’hui son fond de commerce et ses ambitions revenir à une juste valeur?
    Pour finir… Tout est lié et ce qui me préoccupe, c’est cette timidité et cette allégeance envers une attitude anti-communautaire pour ce qui est des échanges d’informations…
    Un internaute, que je me permets de citer, déclarait sur un blog… “Ils auraient dû interdire l’ADSL tout simplement… ça avait au moins l’avantage d’être clair”.
    Et en effet quoi de plus sympa que de se retrouver avec un bon vieux modem de 28 ou 56Kbps et mettre 3 plombes à télécharger un fichier de 3Mo!
    Bref l’attitude “frileuse” du “Canard” et bien d’autres, les dangereuses dérives de la législation que l’on tente de mettre en place ne présage rien de bon… Un conseil, Votez en 2007!
    Bonne soirée à tous…

  5. Là comme ailleurs, on parle de propriété intellectuelle (puis des droits sur ladite propriété). Je suis d’accord avec JP dans le sens du partage, dans l’idée d’un monde meilleur… les manifestations de jeunes en ce moment me rappellent ce qu’on avait dans la tête à leur âge: on pensait encore que l’on pouvait changer le monde.

    Mais tout n’est pas mort, le logiciel libre sur internet en est un bel exemple. Je n’utilise sur mon PC aujourd’hui AUCUN logiciel copié ou piraté. Pourquoi ? parce que tout existe en gratuit, et souvent de meilleure facture que ce que nous proposent les grands éditeurs du logiciels vampirisant les marché à des prix à faire peur et défiant (vu le nombre d’exemplaires) les règles des marges industrielles. Si encore ces logiciels étaient exempts de bugs…

    Le développement libre se fait par une communauté de développeurs, chacun apportant sa pierre, prenant en charge tel partie du code. Et bien sûr ils s’attachent à respecter les standards, ce qui n’est pas le cas des éditeurs patentés, qui préfèreraient imposer “leur” standards (pour mieux vous fidéliser… euh attacher ?).

    Ceci dit, JP, dans un autre article, je t’avais posé une question (non répondue à ce jour): puisque tu as écrit des bouquins, serais-tu prêt à les publier gratuitement sur un site, laissant ton oeuvre libre de toute copie, de tout droit ?
    Je suis tombé l’autre jour sur ce blog: Le Peuple de Mu
    C’est un blog WordPress (donc très simple à mettre en place, d’autant que tu es chez Free maintenant). Et le type publie, chapitre par chapitre, un bouquin qu’il écrit… Voici ce qu’il à ce propos:

    Concernant les écrits, si je les mets sur mon blog, c’est pour qu’ils puissent être lus par un grand nombre de personnes. Si vous souhaitez les utiliser, je vous demande de me contacter via le formulaire ci-dessous, afin que nous puissions en discuter. Je suis ouvert à toute proposition pour diffuser mes écrits mais il faut, toutefois, me le demander.

    Alors JP, serais-tu prêt à faire de même ? Je te monte ton blog WordPress quand tu veux…

    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *