Acid test – Tom Wolfe

Acid test - Tom Wolf C’est en lisant Gonzo Highway de Hunter S. Thompson que j’ai entendu parlé de ce livre, puisque les deux auteurs se sont pas mal écrit.

Si Thompson représente le journalisme Gonzo, Tom Wolfe est lui l’inventeur du “nouveau journalisme”, c’est-à-dire un style plus littéraire tout en respectant l’enquête et l’exactitude des faits :  Investigation is an art, let’s just be kind of artists.

Acid test raconte l’histoire assez incroyable des Merry Pranksters (les joyeux lurons) et surtout celle de leur leader, Ken Kesey. On est en plein dans les années 60, le LSD n’est encore connu que des scientifiques, et pas encore répréhensible légalement (ce qui pose un gros problème à la police)… Le mouvement hippie en est à ses débuts : contestation de l’ordre établi, refus de la guerre du Vietnam. Kerouac a écrit “Sur la route” quelques années auparavant, tandis que Joan Baez fait connaître Bob Dylan.

Ken Kesey, vous le connaissez : à cette époque, il est le jeune auteur du roman “Vol au-dessus d’un nid de coucou” (1962). Étudiant à l’université de Standford, à Palo Alto (Californie), il participe en tant que volontaire à des essais sur les drogues modifiant l’état de conscience, et découvre le LSD. C’est ainsi qu’il fréquentera le milieu psychiatrique qui lui inspirera son roman. Mais ses expériences au LSD vont également beaucoup l’intéresser…

Personnage charismatique, il profite de son succès littéraire pour fonder une sorte de communauté à La Honda (Californie). Il s’agit d’ouvrir les consciences, de se laisser aller et d’être “synchro” (en gros participer à la vie active mais sous acide…) : c’est la naissance du  mouvement psychédélique. Ils installent des haut-parleurs dans les arbres de la vallée, mettent de la peinture fluo (Day-Glo) partout, et prennent du LSD…. À une soirée mémorable, ils invitent les Hells Angels ; les flics sont partout autour de la propriété, mais ne peuvent rien faire ! À cette époque, Kesey se fera tout de même pincer pour possession de marijuana, mais sera relâché sous caution.

Les Merry Pranksters partent alors dans un vieux bus scolaire bariolé de Day-Glo pour traverser les États-Unis jusqu’à New-York et retour. Voyage halluciné sous acide, distribuant le LSD à ceux qui souhaitent essayer, au cœur de l’Amérique profonde. Au volant, Neal Cassady, qui inspira Kerouac pour le personnage de Dean Moriarty, capable de conduire dans n’importe quel état.

De retour en Californie, ils organisent des happening culturels à San Francisco (les acid-tests), et organisent les premiers concerts psychédéliques : musique, écrans diffusant des images psychédéliques, bandes sons travaillées pour le reprendre en décalé, jeux de lumières. Des groupes comme les Grateful Dead et Big Brother & The Holding Company (avec Janis Joplin) y participent.

La police finit par le coincer à nouveau pour possession de marijuana, et Ken Kesey s’enfuit au Mexique quelques mois, où la plupart des Merry Pranksters le rejoigne. Il décide finalement de revenir aux États-Unis narguer le FBI, qui l’arrête toutefois assez vite. Kesey réussit à convaincre le juge qu’il s’est repenti, et qu’il va demander aux jeunes d’arrêter de prendre du LSD. Il organise un dernier test et explique alors que le LSD a ouvert les portes, et qu’il faut maintenant passer à autre chose. Peu de temps après, il repasse devant un juge, toujours pour marijuana, et sera cette fois condamné à une courte peine de prison.

L’aventure avec les Pranksters est terminée, Ken Kesey va retourner avec sa femme en Oregon, où il a grandi, et se remettra à l’écriture.

Le “nouveau journalisme” de Tom Wolfe, avec une histoire comme ça, donne un roman passionnant que l’on dévore d’un bout à l’autre. On apprend beaucoup sur cette époque un peu folle, et l’influence qu’elle a eu dans plein de domaines comme la musique ou la culture.

Tom Wolfe est né en 1933 aux États-Unis. Il est l’un des créateurs (avec Norman Mailer, Truman Capote, J. Didion, Hunter S. Thompson) du nouveau journalisme. Ses premiers écrits sont souvent une critique du mode de vie américain. Il est surtout  connu pour son roman “Le bûcher des vanités” (1987) porté à l’écran par Brian de Palma.

Une réflexion au sujet de « Acid test – Tom Wolfe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *