Catastrophes naturelles en Bretagne

Iliz Koz sera recouvert de sable au petit âge glaciaire C’est sur le site d’Iliz Koz (près de Plouguerneau – Finistère Nord) que j’ai vu cette liste, assez impressionnante, des catastrophes naturelles ayant eu lieu en Bretagne au cours des siècles.

Aux XVI, XVII et première moitié du XVIIIème siècles, l’Europe occidentale a vécu un refroidissement général appelé «le petit âge glaciaire». A tel point que tout le littoral fut ensablé, et que les habitants durent reculer à l’intérieur des terres. A Iliz Koz, c’est une nécropole médiévale qui a été ainsi découverte dans les années 1960 lorsque le propriétaire voulut y construire une maison.

Sur l’île de Batz, on peut voir une église ensablée : il s’agit du même phénomène météorologique.

Bref, voilà la liste en question :

  • 451 à 453 – Période de sécheresse dévastant la Bretagne du diocèse de Vannes coïncidant, en 456 avec une période de fortes pluies, ce qui fait considérer Saint Paterne comme remède contre la sécheresse.
  • 570 – Sur l’ouest, les pluies furent si importantes que les rivières débordèrent et causèrent les plus terribles ravages.
  • 709 – Le plateau continental bascule et la mer envahit la forêt de Scissy près de Saint-Malo. La pointe du Finistère s’écorne. La presqu’île du Four et du Chateau deviennent île. Plusieurs milliers de personnes disparaissent dans les eaux.
  • 763 – Le gel commence le 1” octobre et ne s’arrêtera que fin février.
  • 800 – Pluies diluviennes de l’automne 800 au printemps 801.
  • 872 – La neige couvre la Bretagne du 1er décembre au 21 mars 873.
  • 1030 – Des pluies diluviennes s’abattent sur la Bretagne jusqu’en 1033. Ni le blé, ni les fruits n’arrivèrent à maturité. Tout pourrissait. La famine était si importante et la mortalité si grande, que les vivants suffisaient à peine pour enterrer les morts. Mais, en 1033, la récolte de blé fut prodigieuse et surpassa de cinq fois une récolte normale.
  • 1114 – Terrible sécheresse en Bretagne.
  • 1115 – L’hiver fut si froid que la mer gela sur les côtes et dans la rade de Brest.
  • 1118 – Un grand tremblement de terre fit s’écrouler les édifices et coucha des forêts entières, comme celle de Vertou près de Nantes.
  • 1126 – L’híver ne s’arrêtera que fin mai. L’été fut si pluvieux que toutes les récoltes furent détruites. La famine et la peste firent de grands ravages.
  • 1172 – Raz-de-marée sans précédent. L’océan couvre la partie occidentale de l’évêché de Saint-Pol-de Léon. A Landerneau et à Morlaix, près de 1000 personnes sont emportées par les eaux.
  • 1175 à 1177 – Les intempéries furent telles que la disette s’installa pendant trois années.
  • 1205 à 1206 – Le froid fut si grand que de nombreux animaux périrent gelés.
  • 1253 – Durant l’hiver très rigoureux, les vignes périrent dans toute la Bretagne excepté celles de Nantes.
  • 1284 – Un ouragan bouleverse les forêts et détruit de très nombreuses habitations.
  • 1286 – Un tremblement de terre dura 40 jours. Les secousses se succédèrent nuit et jour, causant de très grands désastres.
  • 1386 – Le 5 novembre, tremblement de terre à Nantes.
  • 1387 – Le 28 mai, tremblement de terre d’une violence inouïe.
  • 1407 – L’hiver fut si froid que tous les arbres fruitiers éclatèrent.
  • 1528 à 1529 – Les intempéries provoquent une grande disette. La misère et les maladies décimèrent la population.
  • 1536 – La sécheresse sévit en Bretagne du printemps jusqu’en décembre.
  • 1540 – L’été commença en février et ne se termina qu’en octobre. En juin, la moisson battait son plein. En juillet on mangeait des raisins. En septembre, les vendanges étaient terminées.
  • 1608 – Hiver très rigoureux en Bretagne.
  • 1651 – De nombreuses chutes de grêle endommagent sérieusement les cultures, principalement dans la region de Rennes Epiniac et Piré/Sèche.
  • 1656 – Hiver très froid. Les cultures sont détruites en partie. Les maladies et un début de disette décíment la population.
  • 1666 – A la suite de l’arasement des talus, le sable de mer, poussé par une violente tempête, envahit à jamais, au cours d’une nuit, l’intérieur des terres et couvre d’une couche de 20 pieds, le sol des campagnes fertíles s’étendant de Saint-Pol-de-Léon à Brignogan.
  • 1703 – Le 26 novembre, un ouragan s’abat sur l’ouest de la Bretagne, puis sur le sud de l’Angleterre avec des vents de l’ordre de 180 à 190 Km/h. De nombreux dégâts sont occasionnés en mer et sur terre. Cet ouragan fait plus de 8000 victimes.
  • 1718 – Les 15 et 16 avril, de très violents orages se declenchent sur le Finistère. La foudre endommage de nombreux clochers en particulier dans la région de Saint-Pol-de-Léon.

2 commentaires sur “Catastrophes naturelles en Bretagne”

  1. Surprenant et terrible en effet, mais après?

    Il faudrait citer sans-doute les catastrophes écologiques causées par la marée noire, bien que non naturelles?

    J’ai autrement du mal à croire que les catastrophes naturelles en Bretagne auraient cessé d’un coup en 1718.

    Mais comme c’est certainement votre passion au sujet de cette province, vous y arriverez, je le pense, à allonger la liste.

  2. Tu as raison… j’ai modifié le lien sur l’image en haut de l’article pour pointer sur la photo du panneau vu sur le site d’Iliz Koz. Ce qui était impressionnant, c’est ce fameux “petit âge glaciaire”, où les populations durent reculer à l’intérieur des terres.

    Il y a certainement eu d’autres catastrophes naturelles en Bretagne, ne serait-ce que les tempêtes de 1999… et les catastrophes industrielles comme les marées noires sont sans plus dévastatrices je suis bien d’accord ! ou même les algues vertes qui mériteraient d’y figurer…

    En fait la liste serait trop longue ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *