Les frères Ashkenazi – Israël Joshua Singer

Livre commandé suite à l’émission quotidienne de François Busnel « La p’tite librairie », où il recommande la lecture d’un roman, souvent au format poche. Pour celui-ci, la commande du libraire mit plusieurs mois à être livrée, le roman étant en cours de réédition… peut-être grâce à François Busnel ?

C’est l’histoire de Simha et Yakov, deux frères que tout oppose, faux jumeaux, et aussi différents l’un de l’autre physiquement qu’intellectuellement. À travers leurs vies, c’est l’histoire de la ville de Lodz en Pologne qui est contée, depuis la révolution industrielle jusqu’à la Grande Guerre et la Révolution russe. La population se divise alors entre polonais, émigrants allemands, et la communauté juive.

Les métiers à tisser manuels vont être petit à petit remplacés par des machines, et d’immenses usines vont faire leur apparition. La pauvreté est terrible, les ouvriers exploités et laissés dans la misère, qu’ils soient polonais, allemands ou juifs. Pourtant, des opportunités se présentent à qui veut ou sait les prendre.

La première moitié du roman est une plongée dans le monde juif et ses traditions, avec ceux qui veulent les suivre à la lettre, et les autres prêts à les oublier pour s’adapter au monde moderne qui arrive à grands pas. Différents courants traversent la communauté : les orthodoxes qui rejettent le changement, ceux croyant aux Lumières et au progrès, et même les premiers révolutionnaires marxistes… Simha, renfermé, très intelligent mais dévoré par l’ambition, va se jeter à corps perdu dans une ascension sociale qu’il désire plus que tout, quand Yakov, d’un naturel aimable et bon vivant, semble béni des dieux et attirer la réussite à lui sans effort.

Mais la grande Histoire va vite rattraper la petite, et le roman prendre une autre dimension après cette première partie consacrée à la famille Ashkenazi. Affamés, le premier mouvement de révolte des ouvriers sera vite et durement réprimé, et les juifs déjà les victimes d’un pogrom par les ouvriers chrétiens enivrés. Ce sera dès lors récurrent de les voir devenir les boucs émissaires des crises qui vont se succéder, quel que soit l’occupant ou le régime. Les polonais, qu’ils soient de la noblesse, ouvriers ou paysans, les méprisent ; l’occupant russe et les terribles cosaques ne feront guère mieux, tuant et pillant leurs biens sans vergogne. C’est assez frappant et terrible à la fois, de voir comment cette communauté sera systématiquement stigmatisée.

Il ne manque que les repères historiques à ce livre pour en faire une grande fresque : aucune date n’est donnée, et même Lénine est appelé « Le petit homme chauve et trapu »… La première partie consacrée à la famille et au monde juif de l’époque est toutefois un peu longuette, on est vraiment dans la « petite histoire ». Mais cela reste un bon roman, bien écrit, plaisant à lire, et qui rappelle bien la misère de la condition ouvrière au début de l’industrialisation, et le terrible destin des juifs, boucs émissaires systématiques de l’histoire. Le roman s’arrête avant la seconde guerre mondiale, qui verra la quasi extermination des juifs polonais par les allemands.

Israël Joshua Singer (1893-1944) est un écrivain yiddish. Il était le frère aîné de Isaac Bashevis Singer et le frère cadet d’Esther Kreitman. Il fut d’abord journaliste en Pologne, puis émigra en 1934 aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.