Les abeilles grises – Andreï Kourkov

L’auteur était passé sur « C à vous », et je me suis dit que ça pouvait valoir le coup de lire son dernier roman, afin d’avoir un point de vue de l’intérieur sur l’occupation russe dans le Donbas, le roman ayant été écrit avant la guerre actuelle.

La lecture s’est révélée agréable, et l’on s’attache vite aux pérégrinations de Sergueï Sergueïtch et de ses abeilles.

Sergueï vit dans un village abandonné, et pleine « zone grise », coincé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes. Ils ne sont plus que deux dans le village, Sergueï et Pachka, son ami-ennemi d’enfance, bien obligés de composer tous les deux malgré leurs points de vue différents sur le conflit.

Puis au printemps, Sergueï va prendre la route avec ses ruches pour les emmener dans un endroit plus calme, où ses abeilles pourront produire leur miel en toute sécurité. Il va se rendre d’abord en Ukraine, puis en Crimée, l’occasion pour lui de faire des rencontres bonnes et mauvaises, et pour le lecteur de se faire une idée de ce que peut être la vie là-bas, même si Sergueï vit un peu dans son monde, au centre duquel sont les abeilles (vive l’apithérapie !) et dont il compare l’organisation à celle des humains.

Si le début de l’histoire est un peu lent, on s’attache vite au personnage et à son amour des abeilles. En Crimée, l’expérience de l’autorité russe est sans appel, et le titre du roman « les abeilles grises » aura son explication finale.

Andreï Kourkov, né en 1961, est un écrivain ukrainien de langue russe. Il vit entre Kiev et Londres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.