Neige – Orhan Pamuk

Livre conseillé par ma sœur Dominique, l’auteur est turc et a reçu le prix Nobel de littérature. À priori, je pars assez confiant.

Et c’est très bien écrit, on reconnaît la patte d’un grand écrivain autant dans le style que dans la structure de la narration, les 600 pages du roman se lisent très bien, même si on rentre doucement dans l’histoire, tellement ce qu’elle raconte est loin de nous…

Ka, le personnage principal, est un poète turc qui vit exilé en Allemagne. Au début du roman, il revient à Kars, une petite ville perdue à l’Est de la Turquie, chargé par un journal d’Istanbul d’enquêter sur le suicide plusieurs jeunes filles portant le foulard. La ville va se retrouver isolée du reste du pays à la suite d’une tempête de neige. Et il va s’en passer des choses pendant ces quelques jours…

On a bien du mal à cerner le personnage de Ka et comprendre comment il fonctionne… Son côté poète le rend inclassable, et parmi les tensions qui traversent cette ville, il va se retrouver un peu perdu, tantôt manipulé, tantôt méfiant, toujours sans réelle conviction semble-t-il… car il n’assume pas grand chose, et transporte ses angoisses avec lui, la première étant son amour d’enfance, la belle Ipek, la véritable raison de son retour dans cette ville, et qu’il espère ramener avec lui à Francfort.

Quelle est la vraie raison du suicide de ces jeunes femmes ? Car les courants qui traversent la ville sont multiples dans cette Turquie toujours déchirée entre les pro-occident d’Ataturk et les traditionalistes à tendance religieuse, sans parler des jeunes Kurdes ; ajoutez à cela un état policier sans scrupules, l’armée qui joue sa propre carte, puis les politiciens, et vous obtenez une situation explosive. Ces quelques jours d’isolement total vont être l’occasion d’un mini coup d’État aux multiples rebondissements sur fond de montée islamiste. Un portrait bien étrange des idées contradictoires qui travaillent ce peuple.

Une fois le contexte et le dépaysement assimilé, on est vite pris par l »histoire. Une chose très drôle est ce journal qui publie la veille ce que le rédacteur en chef pense qu’il va se passer le lendemain…

Orhan Pamuk, né en 1952 à Istanbul, est un écrivain turc. Il a reçu en 2006 le prix Nobel de littérature, devenant ainsi le premier Turc à recevoir cette distinction. De culture musulmane, il est pourtant considéré comme contestataire dans son pays (refus du statut d’artiste d’état, déclaration sur le génocide arménien), et même menacé de mort par les nationalistes. Il vivrait aujourd’hui aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.