Nothing to hide (rien à cacher)- Marc Meillassoux

Nothing to hide - Marc Meillassoux J’ai regardé ce documentaire (disponible sur Vimeo, en téléchargement également) : ça m’intéressait parce que c’est la réponse que font toujours mes potes quand je leur parle de l’importance de faire attention à leurs données personnelles sur internet et particulièrement avec un smartphone : “Oh mais moi je n’ai rien à cacher !”. Et qui donc ne prennent par la suite aucune mesure pour se protéger : utilisation des services de Google (surtout) et Facebook (aussi) sans précaution particulière, pas plus que pour l’installation d’applications tierce sur le smartphone.

Et récemment, lors d’une discussion à propos du projet de loi antiterroriste (qui vient d’être voté et adopté par le Parlement), un ami qui prétend s’impliquer dans le mouvement “En marche”, et à qui je parlais des dangers d’une telle loi pour la démocratie (qui sait qui sera élu à la prochaine élection, et ce qu’il fera de telles lois ?), cet ami finit par asséner “Oh et puis il faut bien protéger la population contre les terroristes”. Fin du débat ! Je me demande pourquoi il s’engage en politique avec de tels raisonnements ! 🙁 (enfin si je sais pourquoi).

Dans ce reportage, en guise de fil rouge, nous allons suivre un jeune artiste allemand qui accepte de se faire “hacker” son Iphone et son IMac pendant cinq semaines. Un hacker et une analyste auront pour mission de démontrer ce que l’on peut apprendre sur une personne en analysant son historique de navigation sur internet, ainsi que les métadonnées (et uniquement les métadonnées !) de son smartphone.

Le résultat est assez impressionnant, même si on ne nous dit pas tout : son identité, ses déplacements, ses heures de sommeil, à quel endroit il passe le plus de temps, etc… Le profil est rapide à dresser, et assez flippant : car ensuite, par les gens qu’il fréquente, on peut en déduire son milieu social, s’il est riche ou pauvre (Facebook développe d’ailleurs un algorithme qui permet de savoir si vous êtes solvable on non : que fera-t-il de cette donnée à votre avis ?) … Le reportage ne nous dira ce qu’ils ont pu déduire à propos de ses contacts (petites amies potentielles par exemple), car même en anonymisant les noms, cela aurait été une atteinte à la vie privée.

Autour de ce fil rouge, le reportage interview des acteurs de la sécurité, des victimes de la surveillance, d’anciens espions, des lanceurs d’alerte : l’ex-directeur technique de la NSA, une activiste est-allemande arrêtée par la Stasi, Jérémie Zimmermann (de la Quadrature du Net), Isabelle Falque-Pierrotin (Présidente de la CNIL), Joël Domenjoud (un écologiste assigné à résidence sans décision de justice), Edward Snowden, etc…

Il y a justement un interview de Edward  Snowden qui répond bien au fameux “je n’ai rien à cacher” :

Dire que la vie privée ne vous intéresse pas parce que vous n’avez “rien à cacher”, c’est comme de dire que la liberté d’expression est inutile parce que vous n’avez “rien à dire”. Car même si vous n’utilisez pas vos propres droits aujourd’hui, d’autres en ont besoin. Dire que vos droits ne vous intéressent pas, parce que vous n’en faites pas l’usage, est la chose la plus asociale que vous puissiez dire. Ce la revient à dire: “les autres ne m’intéressent pas”. Particulièrement si vous occupez une place sociale privilégiée. Si vous êtes vieux, riche et blanc, tout en haut de la pyramide sociale, alors la loi et les droits vous importent peu, parce que la société est dessinée pour servir vos intérêts. Ce sont toujours les minorités qui sont les plus à risque.

Autre chose importante à retenir : la surveillance de masse ne marche pas !

Cela m’a rappelé un reportage vu sur Arte : La guerre du renseignement. Bien avant Edward Snowden, Bill Binney, ancien directeur technique de la NSA, avait dénoncé les méthodes inadaptées des services de renseignement dans la lutte contre le terrorisme, et notamment la collecte massive de données : noyés dans un flot continu d’informations, les analystes ne parvenaient pas à exploiter les data rapidement. Dans les années 1990, un programme baptisé “ThinThread”, mis en place par la NSA, devait pourtant permettre de cibler les recherches en se concentrant uniquement sur les métadonnées utiles pour retracer les communications d’individus suspects. Mais quelques semaines avant l’attaque du 11-Septembre, le projet a été abandonné au profit d’intérêts financiers privés.

Voilà donc où nous mène cette surveillance de masse : on attend les attentats, et après on traque tous ceux qui étaient en contact avec les auteurs. “ThinThread” était plus efficace, mais quand il y a de l’argent en jeu, l’efficacité passe au second plan… et les victimes aussi, bien entendu.

Autre point, les outils de surveillance utilisés pendant l’état d’urgence (et passés donc dans la loi ensuite) sont utilisés contre les activistes de tous poils : musulmans (USA), écologistes (FRANCE), etc… Pour la COP21 par exemple, toutes les manifestations furent interdites, et 24 militants écologistes assignés à résidence… Joël Domenjoud, après un recours auprès du Conseil d’État, a eu accès à un dossier de renseignement qui lui était dédié, appelé “note blanche”. Cette “note blanche” établissait que Domenjoud avait été l’objet d’une surveillance physique et numérique pendant plusieurs années. Aucune accusation n’était retenue contre lui.

La surveillance de masse devient un outil de contrôle social, où les individus finissent par se dire : “si je dis quelque chose, je vais avoir des ennuis”. Donc on ne dit plus rien, on ne fait plus rien : c’est comme ça que les régimes autoritaires fonctionnent (voir la RDA et sa Stasi). C’est bien sûr anti-démocratique, les citoyens devenant des sujets.

La conclusion d’Isabelle Falque-Pierrotin est assez glaçante quand on y réfléchit :

C’est probablement la première fois de l’histoire que la technologie rend possible une surveillance de masse réelle, mise en place par des acteurs publics et privés. Et c’est vrai que cette surveillance est plutôt acceptée par l’individu. La question que l’on doit se poser ensemble c’est : Est-ce vraiment l’environnement digital que nous voulons ? Et je pense qu’on est pile à ce moment, j’ai ma réponse, mais nous devrions tous nous poser la question, parce que les  choix ne seront pas toujours les mêmes.

Autrement dit, demain, il sera peut-être trop tard pour dire non…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *