Archives de catégorie : Cinéma

Le pressentiment

le pressentiment Après avoir lu le livre (voir article), je suis tout naturellement allé voir le film, d’autant qu’il est réalisé (premier film) et interprété par Jean-Pierre Darroussin.

Très bon film, Darroussin est excellent, il joue parfaitement le rôle de anti-héros du personnage principal, avec sa nonchalence et son air désabusé.

Le roman a été transposé à notre époque (il se passait en 1931), et le quartier miséreux que rejoint le personnage passe de la porte de Vanves (Montparnasse) à la rue d’Avron (proche de la porte de Montreuil)… La misère se déplacerait avec le temps? Mais les humains eux ne changent pas vraiment, qu’ils soient riches ou pauvres, contemporains ou non.

On rentre vite dans l’atmosphère du film, dans ce personnage détaché de tout… Il dégage une sorte de sérénité, un renoncement à toutes les mesquineries de la vie.

Un bon moment, pour un film peu distribué, alors s’il passe près de chez vous, n’hésitez pas !

Société médiatique ?

indigenes.jpg Il aura donc fallu un film pour que le président de la République Française se décide à réparer une injustice flagrante de l’histoire. On atteint les sommets (de l’état, c’est le cas de le dire !)… la preuve ultime que notre société est ultra médiatisée… Si ce n’est pas à la TV, cela n’existe pas réellement. C’est vraiment triste et grave en même temps.

A quand un film HYPER EMOUVANT sur la condition des sans-emplois, des travailleurs pauvres (nouveau concept en pleine expension) ? ou alors faut-il attendre 50, 60 ans pour que cela puisse marcher ? Il faudrait demander à nos chers énarques…

Un petit dessin du Canard cette semaine illustre le même propos:

chirac.jpg

Tirez sur le pianiste

pianiste.jpgUn très bon film passait ce soir sur Arte: Tirez sur le pianiste, avec Charles Aznavour et… Bobby Lapointe !

Des dialogues et un humour très décalé qui surprennent dans une atmosphère de film noir, une apparition de Bobby Lapointe qui chante « Avanie et Framboise »:

Pour sûr qu’elle était d’Antibes
C’est plus près que les Caraïbes
Et malgré ses yeux de braise
Ça ne me mettait pas à l’aise
De la savoir Antibaise
Moi qui serais plutôt pour !

L’histoire d’amours impossibles et d’un destin immuable, avec Aznavour très bon acteur. Superbe !

Film en noir et blanc, 1960, un vrai scénario, de vrais dialogues, et de vrais acteurs… pas d’effets spéciaux… Le top, quoi !