Vol au-dessus d’un nid de coucou – Ken Kesey

Vol au-dessus d'un nid de coucou - Ken Kesey Après avoir découvert l’extraordinaire Et quelques fois j’ai comme une grande idée, j’ai eu envie de lire le premier roman de cet auteur pour le moins atypique. Il suffit de lire Acid test de Tom Wolfe pour se faire une idée de la vie incroyable qu’a eu Ken Kesey, au moins ses jeunes années !

Au début des années soixante, pour quelques dollars, il s’était porté volontaire pour tester diverses drogues psychédéliques dans un hôpital psychiatrique. C’était l’époque de la découvert du LSD, les scientifiques étudiaient ces drogues qui altéraient l’état de conscience. Six mois plus tard, cherchant un travail, il se retrouva embauché comme aide-soignant dans le même service, avec le même médecin, sous les ordres de la même infirmière. C’est de cette expérience qu’il écrira cette histoire.

À noter que cette belle édition inclut des dessins que l’auteur fît à ce moment-là (montrant ainsi un autre talent), comme il nous l’explique dans la courte préface :

Les visages étaient toujours là, toujours aussi douloureusement à nu. Par stratégie d’évitement, je pris l’habitude de me réfugier derrière un calepin dans lequel je griffonnais. Cela me valut beaucoup de compliments de la part des infirmières : « Très bien, M. Kesey ! C’est la bonne approche. Il faut apprendre à les connaître. »
Je griffonnais aussi des visages. Non, pas exactement. En écumant cette pile d’esquisses, je m’aperçois que les visages se sont insinués dans ma tête et gravés dans mon esprit. Le stylo à la main, je n’avais qu’à attendre que la magie opère.

Bien sûr, j’ai vu et revu le film que Miloš Forman en a tiré en 1975, avec Jack Nicholson et Louise Fletcher. Si le film est assez fidèle au roman, la première différence est que le narrateur, dans le roman, c’est l’indien gigantesque que McMurphy appelle « Grand Chef ».

Faisant croire qu’il est sourd-muet, présent depuis plusieurs années dans l’hôpital, et ayant déjà subi plusieurs électrochocs, il observe l’arrivée de McMurphy à travers son cerveau perturbé. Il perçoit par exemple une sorte de brouillard qui envahit parfois les salles des pensionnaires, comme des gaz qui seraient lâchés par les soignants pour les abrutir. Il a aussi imaginé tout un « Système » derrière les murs, fait de machines et de rouages, destiné a les asservir dans leur routine quotidienne.

On connaît l’histoire : McMurphy va s’attaquer à ce système, à cette Miss Ratched, une ancienne infirmière militaire qui règne sur son petit royaume en humiliant les patients pour les garder sous son contrôle. Puis il va se rendre compte que Miss Ratched a le pouvoir de retarder indéfiniment sa sortie ; il semble alors se calmer un peu… mais va finalement reprendre son entreprise amenant les pensionnaires à contester cette autorité et ce conformisme morbide. Pourquoi prend-il tous ces risques, pourquoi ne s’échappe-t-il pas ? On se pose la question pendant la lecture, probablement par révolte contre ce système qu’il ne peut littéralement accepter. Il va alors subir plusieurs électrochocs, continuant à braver l’autorité, jusqu’à ce qu’une lobotomie soit décidée.

Autre articles sur Ken Kesey sur le blog :

Ken Kesey, (1935-2001), est un écrivain américain. Après ce roman,il initie le groupe des Merry Pranksters qui traversera les États-Unis à bord d’un bus dans le but d’initier le plus de monde possible au LSD ! (voir Acid test). En 1966, après un séjour en prison, l’aventure des Pranksters est terminée, il va retourner vivre une vie tranquille, avec femme et enfants dans sa ville natale, à Springfield, Oregon, où il se remettra à écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *